Les Centres culturels français bientôt baptisés «Instituts Victor Hugo»

Les Centres culturels français bientôt baptisés «Instituts Victor Hugo»

Les Centres et Instituts français à l’étranger vont prendre le nom d’«Instituts Victor Hugo» afin d’imprimer une marque unique au réseau culturel français, à l’instar des Goethe Instituts en Allemagne ou Institutos Cervantes en Espagne, a-t-on appris jeudi de sources diplomatiques. «Le nom de Victor Hugo pour ces centres a été agréé», a indiqué un diplomate. «L’objectif est une meilleure visibilité de l’action culturelle française à l’étranger», a précisé un autre diplomate. Victor Hugo (1802-1885) est le plus grand écrivain français du XIXe siècle. L’une des œuvres les plus célèbres de ce romancier, dramaturge, poète, écrivain prolifique, homme politique, est «Les Misérables» (1862). Les centres seront coiffés par un établissement public à caractère industriel et commercial pour l’action culturelle extérieure «dénommé Institut Victor Hugo», selon l’article 6 d’un projet de loi actuellement en débat devant le Parlement français. Cependant, le texte de loi ne prévoit pas un «rattachement» immédiat à l’établissement du réseau culturel de la France à l’étranger. Il est prévu la remise après trois ans d’activités d’un rapport gouvernemental au Parlement pour évaluer les «modalités et conséquences» d’un tel rattachement. Dès sa création, l’établissement sera «placé sous la tutelle du ministre des Affaires étrangères», précise le texte. Il se substituera à l’association Cultures France, avec des missions élargies dans la promotion de la culture et la recherche de partenariats, notamment dans les domaines de la langue et des savoirs, et avec un accent particulier donné à la formation des personnels. «L’Institut Victor Hugo exerce ses missions selon les orientations définies conjointement par le ministère des Affaires étrangères et le ministère chargé de la Culture», précise le projet de loi. Dans le monde, les «Instituts Victor Hugo» résulteront de la fusion, dans le pays où la présence française est multiple, des centres, instituts culturels et autres services d’action culturelle des ambassades. Ce projet du chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner, qui vise à rendre plus cohérent l’investissement culturel français à l’étranger, a subi presque un an de retard en raison d’oppositions d’ambassadeurs craignant une perte de pouvoirs, et de longues discussions sur le statut des personnels. Un temps évoqué, l’appellation d’«Institut français» pour les centres a été abandonnée. La France compte 135 centres et instituts dans 160 pays, mis en œuvre par quelque 6.000 agents. S’y ajoute un réseau de 1.000 Alliances françaises. Le projet de loi ne prévoit pas de changement pour ces dernières, qui conservent leur statut local, leur nom et leur autonomie.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *