Majda Yahyaoui : «Depuis l’arrivée d’Inès, tout a changé au mieux»

Majda Yahyaoui : «Depuis l’arrivée d’Inès, tout a changé au mieux»

ALM : Un changement a eu lieu dans votre vie. Parlez nous de la nouvelle Majda ?
Majda Yahyaoui : En effet, un nouvel être a égayé ma vie. Je suis désormais maman d’une adorable fille qu’on a baptisée Inès. Ainsi, j’entame officiellement la mission de «parents». Depuis son arrivée, tout a changé au mieux. Sa présence me procure une sensation à part. C’est une nouvelle vie qui s’installe et un nouveau rythme qui s’impose. Je suis dans les nuages. (Rires)

Vous êtes de nature indécise, avez-vous trop hésité dans le choix du prénom ?
(Rires). C’était le choix du papa car j’adore sa finesse. D’ailleurs, Inès est en quelque sorte un rêve. On rêvait souvent que notre premier enfant soit une fillette qu’on prénommera Inès. Dieu nous a exaucé ce vœu . Donc le prénom était choisi bien avant sa naissance. Concernant mon hésitation, c’est une manie. Je suis Verseau, donc c’est tout à fait normal que je prenne mon temps et que je réfléchisse mille fois avant de prendre une décision.

Ce tempérament ne vous cause pas de problème avec les autres ?
Cette hésitation est en quelque sorte une souplesse. J’hésite parce que j’essaye d’éviter les problèmes. Ce tempérament m’arrange car je ne dérange personne et c’est l’idéal. Je dirai peut-être que c’est ma spontanéité qui me crée des ennuis. Parfois, je suis mal comprise, mais j’ai appris à m’adapter. (Sourire).

Quel a été l’impact de la maternité sur vous ?
Je suis devenue de plus en plus attachée à la vie. J’essaye de garantir à ma fille un avenir meilleur. Généralement les parents sont les idoles de leurs enfants. Ainsi, je cherche davantage la perfection dans le but de laisser des repères solides et clairs à ma fille et aux générations à venir. La maternité est également un moment de répit et de réflexion.

Comment voyez-vous votre parcours après la naissance d’Inès ?
J’ai une nouvelle vision de mon art. J’aimerais bien présenter des œuvres exceptionnelles pour honorer ma fille. Je veux qu’Inès soit fière de moi. De même, j’espère qu’elle partagera ma passion.

Prévoyez-vous des projets artistiques dédiés aux enfants?
J’ai toujours eu un attachement spécial aux enfants. J’ai une grande aptitude à communiquer avec eux. Je n’ai aucune proposition pour l’instant. Si l’occasion se présente, je n’hésiterai pas. D’autant plus qu’au Maroc on ne trouve pas assez de programmes pour enfant que cela soit au niveau de la télévision, du théâtre ou même de la chanson.

Alors une chanson pour Inès est envisageable ?
Je me demandais, auparavant, pourquoi les autres artistes dédiaient des titres à leurs enfants. Maintenant je comprends ! (Sourires). Je veux bien suivre leurs pas. Il faudrait juste trouver les bonnes paroles et la bonne mélodie. La chanson ne sera pas seulement pour Inès mais pour l’ensemble des enfants marocains.

Verra-t-on votre fille sur les supports des médias ?
À vrai dire je ne suis pas contre et je ne suis pas pour ce fait. J’ai eu des propositions que j’ai momentanément suspendues. Peut-être qu’un jour je changerai d’avis. Cependant, la décision finale revient au papa.

Pourriez-vous sacrifier l’art pour votre petite famille ?
Au fait, je vis pour les deux. De plus, mon conjoint est compréhensif. Même s’ il est loin de la scène artistique, il est un grand passionné d’art. Il m’encourage constamment et m’incite souvent à travailler et à présenter du nouveau.

Que représente pour vous le chiffre 35 ?
(Rires). C’est ma pointure. Voilà, j’ai des petits pieds. J’ai cru que ce problème s’arrangerait avec la grossesse mais c’est raté pour moi. Je n’ai pas pris du poids, alors ma pointure n’a pas changé. Je n’arrive toujours pas à trouver des chaussures à mes pieds et surtout les models que j’aime. De plus je suis la seule dans la famille à avoir des petits pieds.

Qu’en est-il du shopping ?
Mon remède anti-stress ! C’est durant ce moment que je prends mes décisions et trouve des solutions à mes tracas. Quand je suis énervée, je préfère faire le shopping seule. A ce moment-là, mes idées changent. En rentrant chez moi, je me sens relaxée.

Selon vous la beauté rime avec… ?
La beauté rime avec l’âme. Je prête une grande importance à la beauté intérieure plutôt qu’à l’aspect physique. J’aime ce côté naturel, simple et transparent.

Quels sont vos autres penchants ?
Je suis très intéressée par le 7ème art notamment le cinéma marocain. J’aime nos cinéastes et acteurs. Ainsi, je suis toujours à l’affût de leur actualité. De même, je suis une grande passionnée de voyage.

Verra-t-on Majda actrice ?
J’hésite encore. J’aimerais bien tentée ma chance par un rôle tel que Kharboucha. C’est un film qui met en valeur notre patrimoine musical et le préserve. Cela s’inscrit parfaitement dans ma vision artistique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *