Mohammed Melehi, «Les fausses œuvres rapportent beaucoup»

Mohammed Melehi, «Les fausses œuvres  rapportent beaucoup»

ALM : Vous avez été réélu à la tête de l’Association marocaine des arts plastiques, comment expliquez-vous vos départs récurrents de la présidence de cette structure ?

Mohammed Melehi : L’Association marocaine des arts plastiques (AMAP) est spécialement dédiée aux activités artistiques. Elle a pour mission de maintenir une moralité pour la sauvegarde de la bonne conduite dans la profession. L’association a été créée en 1973 par un groupe d’artistes plasticiens dont j’ai fait part et dont j’ai été élu président diverses fois pendant toute cette période de sa création. De nouveau, mes camarades m’ont renouvelé leur confiance.

Quel constat faites-vous du marché de l’art au Maroc, notamment la circulation flagrante de fausses œuvres d’art sur le marché ?

Le marché de l’art est très jeune au Maroc. Quand même il se développe. Ce qui le prouve c’est la floraison du faux. Les fausses œuvres rapportent beaucoup. Ceci prouve qu’il y a des gens qui en profitent. Et le malheur c’est que ces personnes sont de la famille, j’entends par là la famille des artistes. L’AMAP s’est dressée maintes fois pour les dénoncer.

Comment collaborez-vous avec la Fondation nationale des musées ?

La Fondation existe depuis environ quatre ans, nous sommes ouverts et disposés pour un dialogue fructueux.

Quelles sont les actions que vous envisagez d’entreprendre en priorité pour stimuler l’art plastique au Maroc ?

Nous avons toujours besoin de créer et continuer à travailler avec le département de tutelle pour améliorer les structures de base pour l’application d’une conduite valable et rationnelle.

Comment contribuez-vous à la promotion des jeunes artistes peintres ?
 
Les jeunes artistes doivent montrer des indices prometteurs avant de s’engager dans des démarches qui s’avéreraient inutiles.

Vous avez passé de l’art figuratif à l’abstrait, un changement de style en vue ?

Aujourd’hui tous les styles dans l’art sont utiles, nous avons dépassé l’ère de la polémique.
 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *