Mort d’un commis voyageur

Mort d’un commis voyageur

Dans la nuit, cerné par les hauts blocs d’immeubles enserrant sa petite maison, un homme plante des graines à la lumière d’une lampe de poche. C’est un homme comme tant d’autres, fasciné par l’argent et la réussite, qui arrive au bout de trente années de travail dans la même entreprise. Il va pourtant perdre son emploi – et décevoir irrémédiablement sa femme et ses deux fils. Lorsque la pièce commence, il est déjà perdu.
Mort d’un commis voyageur a reçu en 1949 le prix Pulitzer et le Drama Critics’ Circle Award.

Arthur Miller, mort d’un commis voyageur,
Edition Actes Sud, 2003, 197 pages

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *