Musique : un Hymne à Mozart

A l’instar de l’Autriche, le Maroc célèbre en 2006 le 250ème anniversaire de la mort de Wolfgang Amadeus Mozart. L’orchestre symphonique de la gendarmerie royale organisera un concert intitulé «Mozart, 250 ans » le vendredi 27 janvier 2006 à 20 heures 30 au théâtre Mohammed V à Rabat. Sous la direction d’Oleg Rechetkine et avec la participation des solistes Ghizlaine Hammadi et Cornelia Löscher, l’orchestre va jouer tout le répertoire de ce célèbre compositeur autrichien, Wolfgang Amadeus Mozart, ou Mozart tout court pour ses adulateurs et ses fans.
Un concert du Nouvel An dédié entièrement à ce compositeur longtemps considéré comme un véritable génie. Fidèle à ses traditions, l’Autriche organisera comme chaque année un concert du Nouvel An où les morceaux les plus prestigieux de la musique classique sont passés en revue.
Une façon de fêter l’arrivée de la nouvelle année sur des sonorités classiques des plus raffinées. Cette année ce concert sera encore plus original puisqu’il fera revivre l’art d’un compositeur hors pair. Un hommage posthume sera rendu à Mozart dans sa ville natale Salzbourg et à Vienne. Ce musicien aurait, en effet, marqué l’histoire de la musique classique en lettres d’or. Né en 1756 à Salzbourg, Mozart s’installe à Vienne en 1781. Une des figures de proue de la musique classique européenne, il reste toujours le plus grand compositeur de tous les temps. Dès l’âge de trois ans, il révèle des dons prodigieux pour la musique : oreille absolue et mémoire prodigieuse. Ses facultés déconcertantes étonnent son entourage, et incitent son père à lui apprendre le clavecin dès l’âge de cinq ans. Le jeune Mozart apprend par la suite le violon, l’orgue et la composition. Il sait déchiffrer une partition et jouer en mesure avant même de savoir lire, écrire ou compter. A l’âge de 6 ans, il compose déjà ses premières oeuvres. Entre 1762 et 1766, il part en tournée avec son père et sa soeur aînée Maria-Anna, d’abord à Munich, puis à Vienne, avant de partir en 1763 pour une longue tournée en Europe.
Ses exhibitions impressionnent les mélomanes et lui permettent de capter de nouvelles influences musicales. Il fait la rencontre de trois musiciens qui le marqueront pour toujours : Johann Schobert à Paris, Johann Christian Bach (fils cadet de Johann Sebastian Bach) à Londres et Benoit Merlan à Padoue. De retour en Autriche, il compose ses deux premiers opéras "Bastien et Bastienne" et "La finta semplice", durant l’été 1768, à l’âge de 12 ans. L’année suivante, il est nommé maître de concert par le Prince-archevêque.
De 1769 à 1773, Mozart se rend en Italie, où il étudie l’opéra, forme musicale dans laquelle il excellera avec notamment "Le nozze di Figaro" (Les Noces de Figaro), "Don Giovanni", "Cosi fan tutte" et "Die Zauberflo te" (La flûte enchantée). Avant de décéder en 1791 à l’âge de 35 ans, Mozart donnera ses lettres de noblesse à ce genre, grâce entre autres à son travail sur les harmonies vocales et sa maîtrise de la polyphonie.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *