Festival Alegria à Chefchaouen: Des rythmes musicaux marocains et latins en clôture

Festival Alegria à Chefchaouen: Des rythmes musicaux marocains et latins en clôture

La 9ème édition du festival Alegria s’est achevée, samedi, après deux jours de fête et de bonheur qui ont plongé toute la ville de Chefchaouen dans une ambiance des plus festives.

Cette manifestation a été marquée par une programmation riche et variée appréciée par des milliers de spectateurs venus profiter du cadre authentique et exceptionnel de la ville bleue. Des rythmes cubains, espagnols, palestiniens ou encore capverdiens ont été au rendez-vous. À la place Kasbah, le public chefchaouni a pu admirer des chansons interprétées par l’ensemble Bakkali, et celles venant tout droit de Palestine de l’Ensemble Dalal. La grande Naziha Meftah a également enchanté les lieux avec sa voix légendaire, sans oublier le mythique Karim Tadlaoui et le géant espagnol du flamenco Tomatito.

Un public nombreux est venu applaudir sur la grande scène le show des virtuoses espagnoles Patax qui ont repris les tubes de Mickael Jackson sur des sonorités latines. Les Cubains Hanin Y Son Cubano ont fait danser l’audience sous les applaudissements du public ravi de découvrir les grands titres des légendes orientales… à la sauce cubaine. Avec beaucoup d’élégance et de finesse, la chanteuse originaire du Cap-Vert, Mayra Andrade, a ébloui par son charisme sur scène et sa voix charmeuse, alors que Karim Hadri et Mazagan ont confirmé leur statut de show-men. Nouamane Lahlou et Ahmed Chawki, quant à eux, ont enchanté les festivaliers. Il faut noter que le festival Alegria de Chefchaouen est organisé par l’Association Alegria Chamalia avec le soutien de l’Agence pour la promotion et le développement des provinces du Nord.

Cette neuvième édition a constitué une excellente occasion pour faire vibrer la cité bleue au rythme des sonorités locales et latines. Depuis son lancement en 2004, ce festival se veut un événement musical et culturel à même de créer une ambiance très festive dans la ville bleue. Il s’agit aussi de «célébrer l’ouverture culturelle de la ville et sa vocation de pont humain et économique entre l’Afrique, la Méditerranée du Sud et le monde hispano-latino-ibérique».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *