Majida El Roumi en clôture du Festival de Fès des musiques sacrées du monde: Des airs d’opéra souffleront sur Bab El Makina

Majida El Roumi en clôture du Festival de Fès des musiques sacrées du monde: Des airs d’opéra souffleront sur Bab El Makina

Par sa voix d’opéra, la diva, fort appréciée par les Marocains, berce les cœurs lors de toute prestation dans différents festivals. Et le public en garde de beaux souvenirs.

C’est désormais une habituée du Maroc. La star libanaise Majida El Roumi est attendue le 20 mai à Bab El Makina lors du 23ème festival de Fès des musiques sacrées du monde, qui débutera le 12 mai, après s’y être produite en 2008. Par sa voix d’opéra, la diva, fort appréciée par les Marocains, berce les cœurs lors de toute prestation dans différents festivals. Et le public en garde de beaux souvenirs. Encore mieux quand elle interprète des chansons marocaines à l’instar de «Alach ya ghzali», entre autres.

Ses concerts sont aussi une occasion de prendre plaisir en écoutant ses titres arabes à succès à l’instar de «Kalimat», «Maâ jarida», «Koun sadiki», «Iatazalet El Gharam» et bien d’autres chansons orientales, romantiques et patriotiques exaltant la paix, la renaissance et l’union de la nation.

«Depuis que sa voix s’est élevée jusqu’à ce qu’elle devienne une icône parmi les icônes de la culture arabe, elle semble être née ambassadrice de joie. Sa patrie et son peuple s’identifient à sa voix et sa présence, au contenu de ses chansons habitées par tous les sentiments et à ses préoccupations quotidiennes. Elle personnifie depuis près de quatre décennies pour toutes les générations, y compris celles à venir, un symbole et un modèle à suivre», indiquent les initiateurs du festival de Fès à propos de l’artiste en rappelant que les scènes du monde entier ont bénéficié de sa prodigalité.

«Incarnation de l’espoir, la grande chanteuse libanaise Magida El Roumi est autant enracinée dans sa terre natale que dans la conscience de son peuple. À la façon d’un cèdre aux branches luxuriantes, elle ombrage les lieux et les cœurs partout dans le monde», précisent les organisateurs à propos de la soprano qui, en se produisant en clôture du festival, couronnera, selon la même source, Fès de joie et écrira l’une de ses pages historiques avec la générosité et l’amour qui la caractérisent.

Pour rappel, Majida El Roumi est la fille du musicien et grand compositeur libanais Halim El Roumi.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *