Mawazine: Hatem Al Iraqi et Waleed Al Shami le 23 mai sur la scène Nahda

Mawazine: Hatem Al Iraqi et Waleed Al Shami le 23 mai sur la scène Nahda

Très humble et attaché à ses racines, Hatem Al Iraqi reconnaît devoir une grande part de son succès à l’indéfectible soutien de ses proches, qui ont toujours répondu présent malgré les moments de doute.

Les férus de la musique orientale seront bien servis durant la 15ème édition du Festival Festival Mawazine-Rythmes du monde de Rabat prévue du 20 au 28 mai. Cette édition accueillera de grands noms de la musique arabe, à l’instar de Hatem Al Iraqi et Waleed Al Shami.

Ces deux chanteurs irakiens se produiront, lundi 23 mai, sur la scène Nahda. En effet, Hatem Al Iraqi n’est plus à présenter. La carrière de ce chanteur a démarré lors de son premier passage à la télévision irakienne pour sa brillante interprétation de Tamanite, en 1991. Sa voix et sa présence scénique ont fait le reste, asseyant la popularité du «roi des Mawals» pour faire de lui l’un des plus fidèles ambassadeurs d’Irak. Très humble et attaché à ses racines, il reconnaît par ailleurs devoir une grande part de son succès à l’indéfectible soutien de ses proches, qui ont toujours répondu présent malgré les moments de doute.

Né en mars 1969 à Bagdad, c’est toutefois dès la fin des années 80 que sa notoriété fait un grand bond en avant, notamment grâce au titre Makhtouba, une collaboration avec Bassem Ali diffusée en masse à la radio nationale durant l’année 1987. Depuis, ce sont les plus grands paroliers et compositeurs irakiens que l’on peut compter dans le cercle professionnel et artistique du «Rossignol». Il en est ainsi pour Fath Allah Ahmed, le poète Karim El Iraqi ou encore son ami Salah El Bahr. Il est également l’interprète de Rou7i rou7i, Ashoufek bi 3ayni dahab, Bayan shlon, Al asmar, Atani El Yacout ou encore Ya Mhajer, titre composé par Waleed Al Shami, chanteur et compositeur irakien qui se produira également sur la scène Nahda le même soir.

Waleed Al Shami est l’un des chanteurs compositeurs les plus en vogue du monde arabe. Né le 22 février 1977 à Bagdad, il quitte l’Irak en 1988 pour tenter sa chance et lancer sa carrière en Jordanie. Un parcours dont les prémices sont incontestablement marquées par le succès du fameux hit Ya Mhajer, dignement interprété et incarné par son compatriote Hatem Al Iraqi. Un morceau phare dont la résonnance a largement dépassé les frontières.

Ya Bouya Mushkila, qu’il compose pour Majid Al Mohandis, est également à l’origine de l’engouement qu’il suscite aujourd’hui. Ahlam, Diana Haddad… nombreuses sont les pointures à s’être laissées séduire par la sensibilité artistique de cette valeur sûre de la musique orientale.

La «marque de fabrique» de Waleed Al Shami, c’est cette capacité déconcertante qu’il a de valser entre différents styles musicaux, du plus romantique au plus entraînant. À son actif, il compte plusieurs albums dont Mussiba (2008), Salemli Al Hob (2011) et Nar Helwa (2013). Selective, sorti l’année dernière, est un best of des titres qui ont contribué à son succès.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *