Patrice Armengau : «Le multilinguisme est une richesse»

Patrice Armengau : «Le multilinguisme est une richesse»


ALM : Dans quel contexte intervient l’organisation par l’ICF de l’événement «la fête des langues»?
Patrice Armengau : La saison débutera cette année avec la première fête des langues le samedi 26 septembre. La fête des langues sera l’occasion d’illustrer l’histoire de Casablanca, de son développement international fulgurant, qui a fait de la ville un véritable creuset où les différentes langues parlées se nourrissent mutuellement. Nous en avons dénombré pas loin de 25 langues qui sont parlées et enseignées ici. La fête des langues est conçue comme une célébration de la diversité culturelle et de l’éducation plurilingue prônées par l’UNESCO et le Conseil de l’Europe. Le multilinguisme -on ne le dira jamais assez- est facteur de richesse pour le développement personnel et le dialogue interculturel et le Maroc est certainement un modèle d’accomplissement en ce domaine, en dépit de questionnements ici ou là.

Comment s’articule le programme de cet événement ?
L’événement fédère la plupart des institutions publiques qui œuvrent pour la reconnaissance et l’apprentissage des langues à Casablanca : le Goethe Institut, le British Council, l’Institut Cervantes, l’Institut Dante Alighieri, l’American Language Center, le Centre Camoes du Portugal et l’Institut Royal de la culture amazighe et évidement l’Institut français. La fête se déroulera le samedi 26 septembre à l’Institut français de Casablanca.
A partir de 13h30, des cours ludiques de 20 minutes seront l’occasion pour les adultes et pour les enfants de s’initier gratuitement à quelque 25 langues parmi lesquelles les langues européennes, l’arabe classique, la darija, les berbères du Maroc mais aussi des langues plus rares telles que le wolof, le malais ou encore la langue des signes. Il sera possible d’en déguster à satiété jusqu’à 17 heures ! Parallèlement aux cours-minute, il y aura des films éducatifs, des contes du monde et un espace de détente. A 17h30 se tiendra une table ronde autour du plurilinguisme modérée par Dominique Caubet (sociolinguiste et spécialiste de la darija). La journée se clôturera par un concert.

L’Institut français rendra hommage à Jacques Prévert, Robert Desnos et Boris Vian, pourquoi ce choix ?
C’est notre grand acteur français, aujourd’hui octogénaire, Jean-Louis Trintignant, qui est à l’origine de ce choix. Jacques Prévert, Robert Desnos et Boris Vian sont des poètes qu’il a fréquentés depuis longtemps et qu’il aime servir avec délectation et gourmandise. Ces trois flibustiers de la poésie du XXème siècle ont en commun d’avoir été des agitateurs contestataires, manipulateurs de la langue et prestidigitateurs des mots. Ce sont les créateurs d’un nouveau langage accessible à tous. Jean-Louis Trintignant nous fera partager sa propre lecture de ces trois poètes.
Les jeunes comédiens et musiciens de la compagnie «Paradis Eprouvette», et leurs machines merveilleuses et magiques, offriront leurs propres voix pour des veillées à la belle étoile et des lectures-concerts dans les établissements scolaires. Des films, des conférences et une exposition-dossier complèteront cet hommage qui aura lieu du 15 au 30 octobre prochain.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *