Portrait : Asmaâ Khamlichi, un parcours, une passion

Portrait : Asmaâ Khamlichi, un parcours, une passion

«C’était la fête quand j’allais au cinéma ». Asmaâ Khamlichi avait six ans quand elle fréquentait les salles obscures, en compagnie d’une mère cinéphile. A l’âge où l’on fait ses premiers pas, l’enfant découvre déjà l’univers fantastique du cinéma. Image et magie avaient, pour elle, la même signification. A travers le cinéma, elle découvre également le plaisir de la musique. « J’avais un faible pour les films d’Abdelhalim Hafed, Farid Al Atrach, Oum Keltoum et autres chanteurs égyptiens que j’ai eu le plaisir de voir sur le grand-écran », se remémore-t-elle, avec un brin de nostalgie.
Adolescente, Khamlichi se découvre une vocation de danseuse. « J’étais attirée par tout ce qui était corps », nous dit-elle. Pour nourrir cette vocation, elle s’inscrit au Conservatoire du boulevard de Paris, situé non loin du quartier où elle vit le jour : « Mustapha Maâni », à Casablanca. Après un cursus d’apprentissage studieux, Khamlichi fait un détour du côté du Ballet-Théâtre de Lahcen Zinoun.
C’était parti pour dix ans de formation, jalonnés de coups d’éclat. Pour Khamlichi, 1991 fera date. Cette année marque sa première apparition publique dans le spectacle « Flagrant Délire ». « Grâce à ce spectacle, je me suis fait connaître du public », reconnaît-elle. Mais le chemin était encore long… à parcourir.
Il lui aura d’abord fallu se contenter de petits rôles dans des films étrangers tournés à Ouarzazate, entre autres « La Bible », « Moïse » et « Salomon »-, enseigner la danse, installer une tête à la télévision, à travers l’émission « Femmes pratiques » qu’elle animait sur 2M, avant de connaître sa première heure… de gloire.
En 1999, Khamlichi est la vedette du film « Histoire d’une Rose » d’Abdelmajid Rchich. « C’est la première fois que j’ai décroché un rôle principal », dit-elle, avec un petit froncement de sourcil.
En fait, cette première n’était pas facile, pas plus que le personnage qu’elle était appelée à camper : une femme qui subit l’injustice d’une société misogyne.
Révélée par « Histoire d’une Rose», il restait encore à Khamlichi de confirmer. Après une participation dans « Elle est diabétique, hyper-tendue et elle refuse de crever » de Hakim Nouri, Khamlichi avait rendez-vous avec son premier sacre. L’actrice remporte le prix du meilleur second rôle dans le film « Jugement d’une femme », au Festival national du film (Marrakech). « Dans ce film, j’ai joué un rôle plus mûr. Il s’agissait de camper une femme avec son enfant qui subit l’injustice de la société », explique-t-elle. Et comme un succès en appelle un autre, l’actrice récidive avec un rôle-clef dans le film « Mona Saber» d’Abdelhay Laraki.
Dans ce film, elle incarne une femme moderne, indépendante et émancipée.
Maintenant, l’actrice figure sur l’affiche de la version II de « Elle est diabétique, etc » de Hakim Nouri.
Et ce n’est pas tout… Khamlichi est la tête d’affiche du nouveau film de Hakim Bellabbes, « Pourquoi, la mer ? ».
Dans ce film, dont la sortie est prévue pour janvier 2006, Khamlichi interprète le personnage mythique de « Lalla Aïcha Bahryia».
Avec ce film, les cinéphiles découvriront un nouveau profil d’Asmaâ Khamlichi… Une véritable «fée» du cinéma…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *