Portrait du directeur en poète

Le nouveau directeur de l’école supérieure des Beaux-Arts de Casablanca, le poète et écrivain Mostafa Nissabouri, est un ami des artistes. Il a réalisé plusieurs livres en commun avec les peintres. Le porte-folio qu’il a fait avec Farid Belkahia en 1983 est le premier du genre dans le monde arabe. D’autres beaux livres ont succédé à celui-là, dont deux particulièrement attachants. Le premier avec Saâd Hassani, le second avec Houssein Miloudi. Mostafa Nissabouri est l’auteur de plusieurs recueils de poésies : «Plus haute mémoire» (1968), «La Mille et deuxième nuits» (1975), «Rupture» (1982) et «Approche du désertique précédé d’Aube » (1999). L’homme a été de surcroît d’emblée associé à l’une des aventures les plus marquantes de la vie culturelle dans notre pays. Il est en effet co-fondateur avec l’écrivain Abdellatif Laâbi de la revue «Souffle». Des peintres ont participé à cette revue dès son premier numéro. C’est dire que le parcours de Mostafa Nissabouri est à la croisée de l’écriture et de la peinture. C’est dire aussi qu’il connaît très bien son sujet. Il ne reste qu’à attendre d’un homme qui promet tant une réalisation à la hauteur de sa réputation.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *