Rassegna : le chant de la Méditerranée

Rassegna : le chant de la Méditerranée

ALM : Le groupe « Rassegna » que vous dirigez existe depuis trois ans et demi. Comment est née l’idée de la fondation de cette compagnie ?
Bruno Allary : La genèse de «Rassegna» est le fruit d’une rencontre entre tous les musiciens qui sont aujourd’hui le noyau dur du groupe. Les artistes sont chacun d’une nationalité différente, mais se regroupent autour d’une culture méditerranéenne. Je les connaissais presque tous avant d’avoir l’idée de donner naissance à ce groupe. Guitariste d’origine, j’accompagnais chacun de ces artistes dans son chant. En 2003, j’ai eu l’idée de faire fusionner toutes ces cultures des deux rives de la Méditerranée et de créer une passerelle entre les chants corses, espagnols, italiens et algériens. Ainsi est né Rassegna qui signifie rassemblement en sarde.

Quel est le répertoire de prédilection de «Rassegna» ?
Notre répertoire musical est très large. Il rend hommage aux chants et rythmes de la Méditerranée. Pour enrichir davantage notre musique, nous accomplissons ensemble des recherches pour développer les chants populaires de la Méditerranée. Ce sont des chants qui ne sont pas très répandus à l’universel vu qu’ils sont l’œuvre le plus souvent d’une population éloignée de la médiatisation et de l’aspect commercial de la musique.
Nous essayons ainsi de revaloriser cette musique en y apportant notre touche d’innovation tout en préservant son essence.  C’est une manière de répertorier cette musique et revendiquer son existence. La particularité de «Rassegna» est de mettre en évidence toutes ces cultures que détient chacun des musiciens du groupe et de les mettre en évidence. On vise à accentuer les points communs et accentuer toutes ces particularités.

Le groupe a réalisé à peine deux albums. Quelle est la raison à ce ralentissement ?
Vous savez, le groupe existe il y a de cela à peine trois ans et demi. Nous avons réussi à produire deux albums: le premier «Dominos» en 2003 et «Bendita madre» en 2004. Pour effectuer nos recherches musicales cela nécessite beaucoup de temps.
Nous ne sommes pas pressés. Nous prendrons le temps nécessaire pour produire des œuvres de créations. L’essentiel ce n’est pas d’éditer des CD mais plutôt de prendre le soin de réaliser des œuvres de bonnes factures. C’est notre véritable but.

La musique du Maghreb fait-elle aussi partie de vos préoccupations musicales ?
La musique du Maghreb est représentée par le biais de l’artiste algérien Fouad Didi qui est luthiste. Nous n’avons pas de Marocains dans le groupe, mais nous allons sûrement penser à appeler un musicien marocain pour l’intégrer dans Rassegna.

C’est pour quand le troisième album ?
Nous y travaillons sérieusement. Pour le troisième album, nous allons le consacrer aux chants de mariage. Nous allons probablement intégrer les chants de mariage typiquement marocains.


 Les membres de la compagnie «Rassegna»


La compagnie «Rassegna» qui a Marseille comme port d’attache est composée de huit musiciens. Il s’agit de Bruno Allary, Yarmen, Fouad Didi, Cesare Mattina, George Mas, Maxime Merlandi et Philippe Guiraud. Guitariste formé par les musiciens de Jazz et de Flamenco, Bruno Allary est aujourd’hui le directeur artistique de la Cie Rassegna. Yarmen, la seule femme du groupe, a plongé très tôt dans le monde du Flamenco, elle possède une parfaite maîtrise du chant et une grande connaissance de cet art, ce qui l’a amenée à travailler auprès des plus grands guitaristes et danseurs de ce style, en France comme à l’étranger. Fouad Didi est, quant à lui, né à Tlemcen, il a été formé très jeune au chant, au violon et au oud. Aujourd’hui, il dirige l’orchestre Tarab et fait découvrir la musique arabo-andalouse en France et à l’étranger à travers ses albums, ses ateliers de chant et ses nombreux concerts.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *