Tanger : une place pour la culture

Tanger : une place pour la culture

Que sera devenue la célèbre «Plaza de toros» ? Les Tangérois n’avaient eu de cesse de se poser la question, elle est restée en suspens. Du côté des «élus» de la ville du détroit, pas de réponse. Un silence «officielle» qui devait peser lourd sur un édifice historique inestimable. Construite à la fin des années quarante par une entreprise espagnole (Ingénierie et construction), inaugurée le 27 août 1950, l’âge d’or de Tanger, -ville internationale par excellence-, la « Plaza de toros » aurait été rachetée par le Crédit Immobilier et Hôtelier (CIH), puis cédée à la commune urbaine avant de passer sous la tutelle du conseil de la ville de Tanger. Une longue partie de «ping-pong» indigne d’un haut-lieu de mémoire. Le temps, lui, allait se charger du reste, c’est-à-dire achever cet édifice ou ce qui en reste. Les amateurs de la tauromachie (aficionadosde la corrida) ne devaient avoir que les yeux pour pleurer, la «Plaza de toros», témoignage vivant de la présence culturelle espagnole dans la ville du détroit, risquait de rendre corps et âme. Mais heureusement, ce cri de détresse n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Une aide financière d’une valeur de 2,5 millions euros sera débloquée par les Fonds européen du développement interrégional Interreg III-A pour restaurer la «Plaza de toros». C’est ce que viennent d’annoncer des députés du conseil provincial de Cadix en visite à Tanger, dans le cadre des travaux de la 5ème édition de « Mediterranea-XXIème siècle », événement touristique espagnol se tenant actuellement dans la ville du détroit. A rappeler que le conseil provincial de Cadix avait promis par le passé de financer la construction à Tanger d’un Palais des Congrès, mais étant donné que le projet de «Palais des congrès» s’est révélé plus coûteux, le Conseil a décidé de consacrer les 2,5 millions d’euros à la restauration de la «Plaza de toros». Et ce n’est pas tout… Pour les bailleurs de fonds, il ne s’agit pas d’une simple opération de «lifting» sur les vieilles pierres de la «Plaza de toros». Il s’agit aussi et surtout de rendre âme à cet édifice historique. Aussi ont-ils décidé de reconvertir la fameuse « Plaza » en centre culturel. Par cette initiative, les pourvoyeurs d’aide entendent donner à cet espace historique un contenu et une fonction culturelle.
Quand on sait que Tanger manque terriblement d’espaces d’art, sachant que le patrimoine historique légué par les Espagnols à la ville du Détroit est resté verrouillé (Pensez, entre autres monuments, au Gran Teatro Cervantes), on ne peut donc que saluer cette initiative. Construite sur une superficie de 21.540 mètres carrés, avec une capacité d’accueil s’élevant à 13.000 places, la «Plaza de toros» promet, une fois restaurée, de combler un terrible manque en espaces d’animation à Tanger. Tout comme l’Eglise «Sacré-cœur» de Casablanca, -reconvertie également en Forum de la culture-, offre à la mégalopole un immense espace d’art, de même la « Plaza de toros » permettra aux acteurs culturels de Tanger de trouver un cadre adéquat pour leurs différentes manifestations culturelles.
Le projet de reconvertir «la Plaza de toros» en espace culturel doit inspirer d’autres initiatives pareilles, sachant bien que l’une des meilleures manières de sauvegarder un monument reste de lui donner d’abord une âme. De telles initiatives permettront de combler le vide qu’enregistre notre pays en termes d’infrastructures culturelles.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *