Un patrimoine immatériel qui risque de disparaître: «Lfraja» pour faire renaître l’art de la halqa

Un patrimoine immatériel qui risque de disparaître: «Lfraja» pour faire renaître l’art de la halqa

La force du narrateur de la halqa provient de sa contiguïté du spectateur et sa capacité de rassembler le plus large public possible. Il est doté d’une forte intuition, d’un prompt réflexe.

L’art de la halqa, forme la plus ancienne du théâtre traditionnel, existe depuis la nuit des temps. Elle demeure un lieu de transmission de la culture et un garant de la mémoire artistique. Dans ce sens, une approche artistique intitulée «Lfraja» est prévue ce 17 juin au complexe culturel Touria Sekkat à Casablanca. Ce spectacle a la particularité d’être inspiré 100% de l’univers de la halqa. Basée sur des recherches plus approfondies, la mise en scène de ce spectacle est assurée par Bouchaib Tali, professeur d’art dramatique et metteur en scène. Pour M. Tali, «De par cette approche, nous voulons ressusciter l’art de la halqa, un patrimoine immatériel qui risque de disparaître. Il nécessite une sauvegarde urgente parce que sa viabilité est en détresse.

Il mérite d’être préservé et enseigné dans les académies et les conservatoires». En effet, «Lfraja» sera interprétée par les étudiants et lauréats du conservatoire de la ville de Casablanca. «Cela fait un an qu’on prépare ce spectacle. Pour le concevoir, nous nous sommes basés sur des recherches académiques, en l’occurrence des références en la matière. Pour s’enrichir, nous avons fait appel à des chercheurs, des spécialistes ainsi que quelques figures de la halqa», a confié M. Tali. Et d’ajouter que «notre objectif est d’inculquer à nos élèves l’importance de cet art qui est considéré comme la base de théâtre au Maroc». De ce fait, «Lfraja» porte un intérêt spécial aux anciens narrateurs de la halqa dont une grande partie nous a quitté, notamment Haj Skouri, Lbahja, Erbib, Abdelhak Hatta, El Timoumi, Lkbiri et autres.

«La force du narrateur de la halqa provient de sa contiguïté du spectateur et sa capacité de rassembler le plus large public possible. Il est doté d’une forte intuition, d’un prompt réflexe», ajoute M. Tali. Par ailleurs, lors de ce spectacle, un hommage sera rendu à Meriem Amal, connue sous le nom de «Souwaed». «C’est une figure emblématique de l’art de la halqa. Elle est connue par son groupe musical fidèle aux chants de Nass El Ghiwane. Elle est également présidente de l’Association pour la conservation de l’art de la halqa».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *