Un réalisateur égyptien attaqué en raison d’un film jugé Pro-Israélien

Mamdouh Al-Laythi, le directeur de l’Association des critiques de cinéma, organisatrice de ce festival qui s’ouvre le 3 septembre, propose que le film « Les amours des filles » soit retenu pour représenter l’Egypte à la compétition officielle, parmi 15 longs-métrages de différents pays. Le film n’a pas encore été présenté au public, mais les critiques de Khaled al-Haguar lui reprochent une autre oeuvre, « Une barrière nous sépare », tournée en 1993 et qui raconte l’amour impossible, en Grande-Bretagne, d’un jeune Egyptien et d’une juive britannique, sujet périlleux dans le monde arabe. L’hebdomadaire nassérien Al-Arabi a accusé le réalisateur de « faire la promotion de la normalisation » avec Israël, alors que le journal d’opposition libérale Al-Ahrar estime que le film « montre la supériorité des sionistes sur les Arabes sur le plan intellectuel, mais aussi dans l’acceptation de l’autre ». Le secrétaire général du syndicat des artistes, Sayyed Radi, a expliqué à l’AFP qu’il avait demandé une copie du film, ajoutant qu' »un comité du syndicat se réunira et prendra une décision, compte tenu des règles syndicales interdisant tout lien avec Israël ». Bien que l’Egypte ait été le premier pays arabe à signer la paix avec Israël, en 1979, les relations entre artistes et intellectuels des deux pays sont quasi nulles, et nombre de syndicats mettent à l’index ceux qui s’écartent de la ligne. Dans un entretien avec l’AFP, le réalisateur, qui vit à Londres et se trouve en Egypte pour boucler son nouveau long-métrage, affirme avoir été la cible de critiques en raison d’une scène du premier film: le héros « met une kippa sur sa tête alors qu’il se recueille avec son amie juive sur la tombe de la mère de celle-ci ». Il affirme s’être basé sur l’hitoire d’un de ses amis qui a eu une relation avec une jeune juive et a effectivement porté la kippa, « en signe de respect », lors d’une visite au cimetière.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *