Une adaptation plutôt amusante

«La surprise », de Pierre Sauvil, c’est la rencontre étrange et inattendue de deux hommes très différents : l’un, un grand PDG, odieux et malhonnête, sur le point de divorcer d’avec sa femme ; l’autre, un petit retraité adorable, faible et intègre. Logiquement, ces deux-là n’auraient jamais dû se trouver sur la même route. Pourtant, les circonstances vont les obliger à s’affronter, pendant vingt-quatre heures, dans un combat abominablement désopilant. Ça, c’était pour la version française. Dans la version marocaine, la pièce s’intitule «Al-Mouamara». Il s’agit d’une comédie sociale toujours qui repose cette fois-ci sur la rencontre entre Mustapha qui joue le rôle du PDG, qui ne veut pas divorcer pour ne pas partager sa fortune avec son épouse Sanâa, et Abbas, le petit vieux malchanceux, mais honnête, qui fait une tentative de suicide devant la villa du PDG. Une voisine, Atika et une étudiante Nezha, le font entrer chez le couple pour le sauver.
Mustapha explique à Abbas que son épouse est dangereuse, avare, et qu’elle cherche à l’assassiner pour garder leur fortune à elle-seule. Il lui demande donc, puisqu’il veut se suicider, de mourir en se rendant utile à la société soit en le débarrassant de sa femme. Mais Abbas découvre tout à fait le contraire de ce que lui a expliqué Mustapha : une femme généreuse qui cherche à divorcer après avoir tout fait pour sauver leur mariage. La pièce se termine par un complot orchestré par Abbas, Sanâa, la voisine et l’étudiante pour que Mustapha accepte de divorcer et de partager la fortune, 50/50, avec sa femme. La troupe «L’Autre Rive» a déjà donné sa pièce «Aïcha» à 2M, en janvier 2001.
Une pièce créée pour la scène et filmée dans un théâtre en présence du public. En revanche, avec «Al-Mouamara», la troupe composée de Asmâa El Hadrami, Latéfa Ahrare, Nadia EL Alami, Noureddine Zioual et Mohamed Nadif lui même, veut entamer une nouvelle expérience, c’est-à-dire créer une pièce exclusivement pour la télévision. D’où le choix de cette adaptation de Pierre Sauvil, une comédie où le suspense est bien dosé avec un zeste de satire sociale qui permettent de réussir un spectacle télévisé. Sans être du boulevard, ni une sitcom, «Al-Mouamara» est plutôt un mélange à tendance sociale, comique et profond, qui peut être vu par toute la famille.
D’ailleurs, un conflit entre un méchant PDG et un gentil retraité, on sait bien comment ça se termine dans les histoires inventées : les bons gagnent toujours. Et si, pour une fois, le théâtre ressemblait à la réalité ? Le plus surprenant dans cette réalité n’est d’ailleurs pas fait que d’évènements et de situations décoiffantes. C’est surtout le télescopage des trompe-l’oeil et des aveuglements de cinq personnages qui nous sauve du drame sordide par la cocasserie, pour le rire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *