Agriculture : La clémentine en quête d’indication géographique protégée

Agriculture : La clémentine en quête d’indication géographique protégée

Dans le but de valoriser des produits agricoles du périmètre irrigué de la Moulouya et de contribuer au développement  durable des ces  produits, une  association pilote constituée d’agriculteurs, de conditionneurs et d’exportateurs des clémentines verra le jour ce mercredi 2 avril, pour entamer la procédure de reconnaissance d’une IGP.  La constitution de ce groupement  qui vise à bénéficier de la protection d’une indication géographique protégée  aura pour mission d’encadrer et d’assister les agriculteurs intéressés par la protection d’un produit spécifique portant un nom géographique et un label officiel  de qualité. Il s’agit en somme de recourir  à une procédure de sauvegarde et de protection des produits locaux pour leur assurer une meilleure distribution sur les marchés internationaux.  C’est dans le cadre de la convention de partenariat entre la région de l’Oriental et la région de Champagne-Ardenne France et suite à la visite d’une Délégation de ladite région qu’il a été convenu de mettre en place un projet pilote sur les IGP de la clémentine de Berkane et le mouton de Bni Guil.  Concernant la filière clémentine, le comité technique régional des agrumes, réuni au siège de l’ORMVAM, a validé le projet de mise en place des IGP et a sollicité l’assistance des experts français dans l’élaboration des cahiers des charges pour la clémentine.
Le comité des agrumes a également désigné les organismes au niveau régional qui seront chargés d’accompagner le groupe demandeur et qui sont l’Office régional de mise en valeur agricole de la Moulouya, ORMVAM–Berkane ; la Chambre d’agriculture de la wilaya d’Oujda , l’Institut national de  la recherche agronomique d’Oujda, l’établissement autonome de contrôle et de coordination des exportations au niveau de la  délégation de Berkane , le service de la protection des végétaux d’Oujda  et le service régional de contrôle des semences et plants d’Oujda.  Au mois de mars 2007, des journées de formation sur les indications géographiques protégées ont été animées par des experts au siège de l’ORMVAM afin de spécifier  le groupement demandeur pour la clémentine de Berkane , l’élaboration des procédures de gestion , l’élaboration des instructions de travail et des documents d’enregistrement associés. C’est ainsi qu’une commission préparatoire composée des représentants de l’ASPAM de Berkane, des conditionneurs et des exportateurs d’agrumes, et accompagnée par les intervenants dans la filière agrumicole notamment l’ORMVAM a élaboré un projet de statut pour constituer cette nouvelle association.  La loi stipule que toute demande d’examen  de reconnaissance doit être formulée par un groupement demandeur avant d’entamer l’examen des cahiers des charges et des demandes d’IGP.  Pour conforter sa volonté d’étendre le système d’identification des produits par l’origine de sa qualité le Maroc prépare une loi qui vient d’être approuvée par les deux Chambres du Parlement. C’est une  loi qui stipule la préservation des sols, des ressources naturelles, de l’environnement et encourage les agriculteurs à développer des pratiques biologiques qui  sont souvent considérées  comme un ferment d’une  agriculture qui se veut  durable. On ne peut accompagner les producteurs, conditionneurs et exportateurs  qui s’engagent dans les démarches de qualité certifiée sans passer par la constitution d’associations responsables et impliquées dans ce qu’elles entreprennent explique à ALM Yahia Ghoumari, chef du service de la production agricole à l’ORMVAM de Berkane

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *