La caravane ALE fait un tabac

La caravane ALE fait un tabac

La caravane de sensibilisation, initiée par l’ambassade des Etats-Unis au Maroc, a pris le départ de Tanger pour traverser les villes de Meknès, Béni Mellal, Settat, El Jadida, Safi et Essaouira, avant de finir  »en succès » dans la capitale du Souss, Agadir.
 »C’était vraiment utile », a précisé l’ambassadeur US, Thomas Riley, ajoutant que l’équipe d’experts économiques, qui voyageaient à bord de la caravane, ont eu l’occasion de discuter et d’expliquer l’accord à une centaine de marocains, représentant toutes les catégories, notamment des élus, des étudiants et des opérateurs économiques locaux, qui seront  »le moteur » de l’ALE maroco-américain.
Ces derniers, a-t-il précisé, étaient très curieux de savoir plus sur cet accord et sur les opportunités qu’il offre, ainsi que sur les particularités du marché américain et les modalités d’y accéder, notamment pour les produits agricoles et industriels marocains. Cette campagne de sensibilisation et d’information a pu dissiper les craintes et les inquiétudes de certains opérateurs locaux, a estimé M. Riley.
 »Tout le monde estime maintenant que c’est un accord juste. C’est le moment d’en profiter », a-t-il dit. Une des étapes les plus marquantes de cette caravane reste la rencontre avec les étudiants de l’Ecole nationale de commerce et de gestion (ENCG) de Settat qui ont manifesté un intérêt particulier pour l’Accord de libre-échange (ALE) maroco-américain. Les membres de l’ambassade américaine, initiatrice de la caravane, et les experts économiques internationaux, qui ont animé la table ronde organisée à cette occasion sous le thème  »les défis du libre-échange », ont été  »agréablement surpris » de voir les étudiants marocains accorder un intérêt grandissant à cet Accord et avoir des connaissances approfondies à son sujet.
 »Les étudiants étaient enthousiastes et très informés. Ils ont posé des questions très intéressantes portant sur les détails de l’ALE et ils étaient très curieux de savoir comment le Maroc peut bénéficier pleinement des opportunités qu’offre cet accord », a déclaré à la MAP le conseiller aux Affaires économiques à l’ambassade américaine, Michael Koplovsky. L’ALE concerne aussi les étudiants dans la mesure où il favorisera l’installation d’entreprises américaines au Maroc et contribuera à l’amélioration de son économie, ce qui veut dire la création de nouveaux postes de travail qui profiteraient un jour à ces mêmes étudiants, futurs demandeurs d’emploi, a-t-il fait remarquer.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *