La vision de Azouzi

La vision de Azouzi

ALM : Quelles tendances et impressions se dégagent de ce Top Résa 2004 ?
Abass Azouzi : Le Maroc apparaît comme la destination privilégiée . Les partenaires que nous rencontrons sont très positifs. L’intérêt que dégage le pays auprès de la plupart des opérateurs étrangers présents dans ce salon est indéniable. Ce qui nous permet d’en tirer des perspectives de développement encourageantes. Nous avons enregistré une croissance de 25% sur les huit premiers mois. Dans les forfaits, le Maroc réalise une forte progression de 29%, alors que la moyenne sur le marché est d’à peine 6%.Ces indicateurs montrent que nous devenons une destination leader. Mais il ne faut pas s’arrêter. Ce qui importe maintenant c’est de continuer, de capitaliser les acquis et de lancer de nouvelles actions sur les destinations comme Fès, Tanger, Ouarzazate.
Comment s’articulera le budget ONMT –France en 2005 ?
La France a été leader dans la mise en place d’un partenariat long terme. Le budget consacré à ce marché sera stabilisé. Nous avons lancé un appel d’offres pour trouver une nouvelle agence de communication. L’évolution passe par une stratégie de communication revue et corrigée, de manière à être plus ciblée, vers la destination ou les produits. Les partenariats avec les TO seront renforcés. On note d’ailleurs un engouement certain pour le Maroc de la part de ces opérateurs. Beaucoup de mouvements vers le Maroc. Ainsi, parmi les grandes nouveautés en 2005, il y aura l’arrivée de Donatello. Ce TO projette de vendre 5.000 pax l’année prochaine. A signaler aussi, le retour en force de Kuoni. D’autre part, Thomas Cook arrive au Maroc en tant que TO et se fixe comme objectif de franchir le cap des 20 000 clients. S’agissant du budget, la France a le nécessaire. Il faut seulement optimiser les moyens.
Vos objectifs dans ce marché en 2005 ?
Nous allons y dépasser le million de touristes. C’est un pallier important. On fera tout pour arriver au moins à atteindre l’objectif d’une croissance de 15% en 2005. Il faut aussi que l’on marque des points dans les autres marchés comme l’Angleterre, l’Espagne, l’Italie et l’Allemagne. L’idée c’est d’avoir une approche très ciblée. On va consacrer les moyens qu’il faut à chaque marché. Nous procéderons aussi à certains aménagements comme la rénovation de la taxe de la promotion touristique (la TPT), en vue de consacrer plus d’argent à la promotion.
Est-ce qu’une partie du budget de l’ONMT pourrait être allouée à la subvention des compagnies aériennes ou des TO programmant le Maroc ?
L’ONMT ne subventionne personne. Notre démarche est basée sur le partenariat. Notre stratégie consiste surtout à recentrer l’Office sur sa mission première, le marketing, et, parallèlement, abandonner la fonction de gestion des hôtels. De même, nous poursuivrons nos efforts pour solder l’ensemble des arriérés qui grèvent le budget de l’Office.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *