La voix de la raison

C’est toujours rassurant de rencontrer des personnes qui se partagent les mêmes valeurs justes et vraies mais aussi authentiques. C’est le cas de Salah-Eddine Arif, Docteur d’Etat Algérien, professeur d’Économie et de gestion à l’Université d’Evry Val d’Essonne en France.
Un citoyen du monde qui croît encore, lui, à la dynamique de rapprochement et de coopération maroco-algérienne, sous toutes ses formes. Mais cette fois-ci loin des rouages politiques. Son souhait est que la société civile et les milieux d’affaires de ces pays se mobilisent pour tisser des liens de coopération et d’échanges. «Il faut que les personnes imposent une dynamique d’alliances dans tous les domaines, économique et financier mais surtout culturelle. C’est notamment à travers la culture et la formation qu’on arrivera à tisser des liens indéfectibles » souligne-t-il. À l’occasion de son séjour professionnel au Maroc, ou il intervient auprès d’un institut de gestion de la place casablancaise, M. Salah-Eddine Arif, s’est dit étonné par le dynamisme qu’affiche certains jeunes marocains. « C’est la même énergie dont fait preuve la jeunesse Algérienne » précise-t-il. Et d’ajouter, « je constate que les jeunes Marocains et leurs amis Algériens, ont les mêmes préoccupations puisqu’ils vivent des problèmes similaires. Pourquoi alors ne peut pas se mobiliser pour organiser des échanges culturels entre ces jeunes et offrir par là même des conférences d’information sur différents sujets intéressant le quotidien des deux pays ? » s’interroge-t-il. Il faut croire qu’il n’existe en effet aucun échange culturel entre les deux pays.
M. Salah-Eddine Arif avance que plusieurs professeurs marocains et algériens, vivant en France, sont préoccupés par la tournure que prennent les relations Marocco-Algérienne. Ces derniers préconisent qu’il faut donner l’occasion aux deux peuples notamment les jeunes de se connaître mutuellement. Il faut admettre que cette jeunesse est en train de se construire une opinion fausse sur les relations centenaires entre les deux états. « Mobilisons-nous pour empêcher cette haine de se propager ; offrons-nous l’espoir par l’échange et le dialogue » dit-il.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *