Le resserrement des trésoreries bancaires se poursuit

Les trésoreries bancaires marocaines continuent leur resserrement. En effet, elles ont subi, au cours du mois de juillet dernier, une pression sous l’effet restrictif induit par plusieurs éléments. Ce constat a été mis en relief par la dernière note de conjoncture du ministère des Finances et de l’économie. Se référant au document, lesdits facteurs sont en l’occurrence la contraction des avoirs extérieurs nets de Bank Al-Maghrib due au renchérissement des importations, l’augmentation de la circulation de la monnaie fiduciaire à l’occasion de la période estivale ainsi que le règlement par les sociétés du deuxième acompte de l’impôt sur les sociétés. «Afin de satisfaire les besoins des banques en liquidités et maîtriser l’évolution du taux interbancaire à des niveaux proches du taux directeur, Bank Al- Maghrib a augmenté le volume de ses interventions d’injection de liquidités, essentiellement à travers les avances à 7 jours sur appel d’offres, et dont le volume moyen a atteint environ 29,2 milliards de dirhams en juillet contre 24 milliards en juin», relève-t-on de la note de conjoncture. De même, la moyenne mensuelle du taux interbancaire moyen pondéré au jour le jour s’est établie à 3,31% en hausse de deux points par rapport au mois de juin. Toutefois, le volume moyen des transactions interbancaires s’est établi à fin juillet à 3,8 milliards de dirhams, reculant ainsi de 7,1% par rapport au mois précédent. Par ailleurs, le Trésor a abaissé ses levées brutes au niveau du marché des adjudications durant le mois de juillet. Ces levées se sont chiffrées à 3,7 milliards de dirhams en recul de 26,6% en glissement annuel. En outre, les remboursements du Trésor se sont consolidés de 36,6% par rapport au moins de juin. Leur volume s’est établi au titre des sept premiers mois de l’année 2011 à 6,6 milliards de dirhams. Pour leurs parts, les levées nettes du trésor ont été négatives de 2,8 milliards de dirhams durant le mois de juillet. En revanche, l’encours des bons du Trésor par adjudication s’est inscrit en baisse de 1% par rapport à fin juin 2011 pour s’établir à 285 milliards de dirhams. Malgré la baisse, cet encours demeure en hausse de 2,6% par rapport à son niveau de fin décembre 2010. Les levées brutes du Trésor s’inscrivent également dans cette tendance baissière. A fin juillet 2011, elles se sont établies à 45,8 milliards de dirhams, soit un repli de 23,5% par rapport au même mois de l’année précédente. «Ces levées ont été orientées principalement vers le moyen terme à hauteur de 56,3% suivi du long terme (24,5%) puis le court terme (19,2%)», indique le ministère des finances dans sa note de conjoncture. Dans le même contexte, les remboursements du Trésor ont reculé de 19,2% pour atteindre les 38,6 milliards de dirhams à fin juillet 2010. Entre autres, l’offre des investisseurs a fléchi de 18,9% par rapport au mois de juin. L’encours relevé dans ce sens est de 45,4 milliards de dirhams.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *