Russie : Medvedev évite les critiques d’ingérence de l’Etat

Russie : Medvedev évite les critiques d’ingérence de l’Etat

Le président Dmitri Medvedev a donné samedi jusqu’au 1er juillet à Vladimir Poutine pour lancer le processus de démission des membres du gouvernement de leurs sièges aux conseils d’administration d’entreprises publiques pour ne pas prêter le flanc aux critiques d’ingérence de l’Etat. Cette initiative pourrait avoir pour effet de rogner les ailes de certains des principaux alliés du Premier ministre. L’ordonnance de Medvedev précise que les ministres devront avoir quitté les conseils d’administration au 1er octobre. Parmi ceux qui pourraient perdre leurs fonctions d’entrepreneurs figure le vice-Premier ministre Igor Setchine, président de la compagnie pétrolière publique Rosneft. La décision d’écarter Setchine et d’autres proches de Poutine des conseils d’administration a fait courir le bruit que le président cherchait à défier son mentor en prévision de l’élection présidentielle de mars 2012.
Poutine et Medvedev, qui se partagent de facto les rênes du pouvoir en Russie, doivent encore se mettre d’accord pour déterminer qui se présentera au scrutin présidentiel. Tous deux ont laissé entendre qu’ils pourraient faire acte de candidature. Les entreprises russes tiennent leurs assemblées annuelles à la fin du mois de juin. La date du 1er juillet laisse planer le doute sur le point de savoir si Medvedev évincerait de puissants bureaucrates de leurs postes durant les réunions d’actionnaires de mai-juin ou s’il ne ferait qu’amorcer les procédures administratives.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *