Transport : ONCF : les tarifs prennent l’ascenseur

Transport : ONCF : les tarifs prennent l’ascenseur

C’est désormais chose faite. La nouvelle d’une hausse des tarifs du transport ferroviaire, qui circulait depuis un certain moment, est maintenant une réalité. L’Office national des chemins de fer (ONCF) a finalement procédé à cette hausse, la première en cinq ans. Elle est devenue effective depuis jeudi dernier et varie, en fonction des destinations, de 50 centimes à 9 Dirhams.
Les augmentations ont principalement touché les trajets qui connaissent une grande affluence de passagers, notamment ceux de  Tanger et de Marrakech, ou encore le trajet reliant Rabat et Casablanca. Sur ce dernier, l’augmentation des tarifs de la deuxième classe, est de l’ordre de 2,50 Dirhams. Le prix du ticket est ainsi passé de 29,50 à 32 Dirhams. Pour le trajet Casablanca-Marrakech, toujours en seconde classe, la hausse s’élève à 9 Dirhams (de 75,50 à 84 Dirhams). Le prix du billet Casablanca-Tanger est à l’heure actuelle de 118 Dirhams. Par ailleurs, celui du ticket Casablanca-Oujda a subi une majoration de deux Dirhams. Au lieu de 200 Dirhams, le passager devra dorénavant débourser 202 Dirhams.
Les tarifs de certains trajets, notamment ceux de Casablanca-El Jadida, Casablanca-Khouribga et Safi-Benguérir, sont demeurés inchangés. Explication des responsables : « les hausses ont pris en considération le pouvoir d’achat selon les régions ».
Côté justifications, l’ONCF signale que ce sont les hausses des prix du gasoil et de l’électricité  qui les ont poussées à décider de ce « réajustement » des tarifs. Ils estiment par ailleurs que la nouvelle tarification est on ne peut plus raisonnable. « Cela fait cinq ans que les tarifs sont restés inchangés alors que le coût du pétrole et des matériaux augment de plus en plus », plaide-t-on du côté de l’ONCF.
Mais les voyageurs ne l’entendent pas de cette oreille. Ces derniers exigent d’abord qu’il y ait amélioration des services avant qu’il ne soit procédé à toute  augmentation des prix. Ils sont d’ailleurs souvent furieux à cause des retards fréquents des trains, qui sont quasiment bondés durant les heures de pointe. Selon eux, cette hausse des prix aurait été compréhensible si au moins la qualité du service suivait.
Pour l’ONCF, cette hausse vient accompagner l’effort de modernisation qui est actuellement en cours. L’Office aurait ainsi décidé que l’amélioration des prestations nécessite que les usagers y mettent leurs écots. L’ONCF avait pourtant enregistré une belle performance au titre de l’année 2005, avec 21 millions de passagers. D’après le dernier rapport d’activité, le trafic voyageurs a enregistré un accroissement de 13% par rapport à l’année 2004.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *