Une subvention de l’U.E. pour la CGEM

C’est sous le signe de la lenteur que l’exécution du programme MEDA a été le plus taxé. En effet, les procédures de la commission sont complexes et rigides. Cependant, la révision qu’a connue le règlement MEDA a permis une certaine rationalisation des procédures.
La planification cohérente des programmes est dorénavant de plus en plus en conformité avec les stratégies des réformes nationales. Encore plus au regard, du contexte budgétaire de plus en plus difficiles, les fonds MEDA vont plutôt être affectés, à des partenaires ayant une capacité d’absorption. La dernière réunion, en date du 24 avril, a porté sur le programme d’appui aux associations professionnelles marocaines. Il s’agit d’une démarche initiée par la commission et mise en oeuvre par la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM). Par ailleurs, le ministère marocain du Commerce et de l’Industrie y participe également.
Dans le cadre du programme MEDA, la contribution financière de commissions européenne s’élève à 5 millions d’euros, pour un coût total estimé, du projet dans sa globalité à près de 6,5 millions d’euros.
Rappelons que la même somme avait été engagée à fin 1999, dans le cadre d’un projet d’appui à la société civile. Lancé en 1995, le programme MEDA I a pris fin en 1999. Initialement, les objectifs financiers de 580 millions d’euros ont été dépassés. Plus d’une trentaine de projets a été réalisée dont le montant s’élève à près de 656 millions d’euros. La répartition comprend 55,4% pour le renforcement de l’équilibre économique, 26,4% pour l’appui à la transaction économique et 18,2% pour la facilité d’ajustement structurel. Ce sont les provinces du Nord qui ont bénéficié de 77% des fonds. Vient ensuite le projet de la rocade méditerranéenne, avec un budget de 80,3 millions d’euros. Par ailleurs, la troisième et dernière tranche de la facilité d’ajustement structurel d’un montant de 50 millions d’euros. Pour l’heure, on indique auprès de la délégation de la commission européenne au Maroc, l’enveloppe des 5 millions d’euros, s’inscrit dans l’optique de la mise à niveau des entreprises marocaines et notamment celles concernées par le démantèlement douanier face aux échéances de l’accord d’association entre l’Union Européenne et le Maroc.
D’ailleurs, ce programme répond aussi à un besoin de renforcement de la capacité opérationnelle des associations professionnelles et des fédérations industrielles du pays. L’objectif réside dans l’accroissement et l’augmentation de la qualité des prestations de ces entités envers leurs membres adhérents. Autre aspect. La représentativité de ces structures et l’augmentation de leurs ressources humaines, matérielles et financières sont également à l’ordre du jour. Tous les secteurs d’activités pourront bénéficier de ce programme de fonds.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *