Éditorial

Le colloque international consacré cette semaine au Statut avancé entre le Maroc et l’UE, organisé à Bruxelles par le CCME et le Centre de la culture judéo-marocaine, est tombé à pic. Pendant que l’Europe déprimée s’interroge sur son avenir, nous, on s’interroge avec elle sur notre avenir commun. Quelles perspectives ensemble? Quel avenir à partager ? Quelle convergence à construire ? Les questions sont nombreuses, on le voit, les réponses sont rares, on le sent, toute la logorrhée technocratique ne peut nous faire oublier ces limites, mais une intuition demeure. Autour de la Méditerranée, il y a un avenir possible. La culture partagée permet de l’imaginer. La crise si sévère aujourd’hui pose, par l’ouverture qu’elle impose, ses fondements. Seule une économie ouverte sur le Sud peut garantir le retour d’une croissance commune. En clair, l’Europe ne peut plus s’en tirer toute seule. Nous, non plus. Mais le fait que la trajectoire du futur re-croise, de nouveau, celle de l’Afrique doit nous donner un nouvel espoir. Il ne peut plus être spolié. L’Afrique produit aujourd’hui plus de richesses, plus de croissance, plus d’épargne que l’Europe. Cette nouvelle réalité impose un nouveau paradigme. Ce dernier dicte de nouveaux termes aux débats. Le Statut avancé dans sa mise en œuvre, comme dans son agenda et son déploiement, ne peut ignorer cette donne nouvelle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *