Petit bonjour

Tout le monde a pris acte de la volonté du président français, Nicolas Sarkozy, de rénover les relations entre la France et, d’une manière générale, l’Afrique y compris celle du Nord. L’objectif en soi est noble. Il mérite que l’on l’aborde avec toutes les intelligences disponibles. Il est vrai que par le passé, les choses avaient pris des tournures parfois regrettables, voire décevantes ou, dans certains cas, carrément méprisantes. Le discours de Dakar du 26 juillet 2007 prononcé à l’Université devait être un moment de refondation de cette relation. Il n’en fut rien. Il a été, par contre, un moment absolu d’incompréhension entre les cultures, de morgue occidentale inqualifiable et de propos «racistes» dans le sens «premier» où les Africains ont été réduits à une nature supposée ou fantasmée. Ce qui est attendu, nous semble-t-il, de Nicolas Sarkozy, lors de son voyage chez nous, est de corriger par le discours de Tanger l’impression néfaste laissée par le calamiteux discours de Dakar. Une question de générosité de cœur à laquelle, nous n’en doutons pas, le président français n’est pas insensible.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *