16 syndicats revendiquent leur droit à se faire entendre par le gouvernement

16 syndicats revendiquent leur droit à se faire entendre par le gouvernement

Des syndicats indépendants du Maroc ont décidé de créer un cadre unifié qui les regroupe afin de centraliser leurs actions et mettre en place une centrale syndicale autonome. Selon un communiqué conjoint rendu public, lundi 25 janvier, par des syndicats professionnels indépendants du Maroc, ces derniers ont tenu une réunion le 8 janvier à Meknès, au siège du Syndicat autonome de l’enseignement primaire de la ville. Cette réunion, selon la même source, rentre dans le cadre de la coordination entre des syndicats professionnels indépendants et qui sont au nombre de seize. Il s’agit entre autres du SMASCHU, du SIMSP, du SICL, de l’INE, du SIE qui a participé à la réunion en tant qu’observateur. «Nous n’avons plus confiance en les centrales syndicales surtout celles relevant des partis politiques. C’est l’une des raisons qui nous a poussés à réfléchir à la création d’un cadre unifié et donc mettre en place une centrale syndicale qui soit autonome. Nous voulons centraliser nos actions dans le cadre d’une centrale syndicale unifiée», a indiqué à ALM Mohammed Marfoq, secrétaire général du Syndicat marocain autonome des secteurs de la construction, de l’habitat, de l’urbanisme et de l’aménagement de l’espace. Il est à signaler que des syndicats indépendants du Maroc tiendront une réunion, vendredi 29 janvier, au siège du syndicat marocain autonome des secteurs de la construction, de l’habitat, de l’urbanisme et de l’aménagement de l’espace à Rabat. «Nous nous réunirons à Rabat, pour débattre des points importants qui concernent le cadre syndical unifié, notamment la désignation d’un porte-parole», a fait savoir Farid Laddachene, secrétaire général du Syndicat autonome de l’enseignement primaire. Le communiqué conjoint des syndicats professionnels indépendants précise que la réunion du 8 janvier à Meknès a été l’occasion pour traiter un nombre de sujets qui intéressent la vie syndicale nationale, principalement le projet de loi des syndicats professionnels et le projet de loi organique qui concerne les conditions et les mesures de l’exercice du droit de grève. Ces deux projets de loi ont été présentés par le gouvernement aux centrales syndicales qui ont participé aux réunions du dialogue social. Le projet de loi constitutive du Conseil économique et social a été également discuté lors de la réunion du 8 janvier. Des syndicats dénoncent par ailleurs dans le communiqué conjoint «la marginalisation dont ont été victimes des syndicats professionnels qui ne participent pas aux réunions du dialogue social, en dépit du fait qu’ils aient une représentativité réelle au sein de plusieurs secteurs». De plus, ajoute le communiqué conjoint, «ces syndicats ont été constitués dans le respect des lois et règlements en vigueur et sont concernés par tout changement touchant le milieu du travail». «Ce que nous reprochons au gouvernement c’est le fait de n’avoir pas donné l’occasion à certains syndicats pour participer au dialogue social sous prétexte qu’ils n’avaient pas atteint le taux de représentativité requis», déplore Abdennacer Elkhabbouli, secrétaire général du syndicat indépendant des collectivités locales.

Liste des seize syndicats

 1- USTM : Union syndicale des travailleurs marocains.   
2- SAS : Syndicat de l’action sociale.   
3- SAT : Syndicat autonome du travail.  
4- SPS : Syndicat populaire des salariés.   
5- UDT : Union démocratique des travailleurs.   
6- USI : Union des syndicats de l’initiative.  
7- SMASCHU : Syndicat marocain autonome des secteurs de la construction, de l’habitat, de l’urbanisme et de l’aménagement de l’espace.   
8- INE : Instance nationale de l’enseignement.   
9- SIMSP : Syndicat indépendant des médecins du secteur public.
10- SAEP : Syndicat autonome de l’enseignement primaire.   
11- SII : Syndicat indépendant des infirmiers.   
12- SICL : Syndicat indépendant des collectivités locales.  
13- SIE : Syndicat des inspecteurs de l’enseignement.  
14- SNIM : Syndicat national des ingénieurs au Maroc.  
15-  CGTM : Confédération générale des travailleurs au Maroc.  
16- SIS/SNRT : Syndicat indépendant des salariés de la société nationale de la radio et télévision.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *