Affaire Journal Hebdomadaire-ESISC : verdict le 18 avril

Lors de l’audience, les avocats de la défense du Journal Hebdomadaire se sont retirés pour protester, disent-ils, contre refus de la cour de répondre à leurs requêtes à savoir l’annulation du verdict prononcé en première instance et la convocation de nouveau de Mme Khadija Mohsen-Finan, responsable des études Moyen Orient/Maghreb à l’Institut Français des Relations Internationales  et enseignante à Sciences-Po à Paris, citée comme témoin.

Le témoin Espagnol Benarbé Lopez-Garcia, de l’Université autonome de Madrid,  a déclaré à la cour ignorer que le rapport élaboré par l’ESISC a été établi sur commande.

Pour sa part, le président de l’ESISC, M. Claude Moniquet a souligné que l’élaboration du rapport en question est une initiative prise par le centre et intervient après la libération des prisonniers marocains séquestrés à Tindouf.

Poursuivi pour diffamation, le Journal Hebdomadaire avait été condamné par le tribunal de première instance de Rabat, en février dernier, à payer 3 millions de dhs à l’ESISC en guise de dommages et intérêts.

Lors de ce procès, le directeur de la publication, Aboubakr Jamaî et le journaliste Fahd Iraqi avaient été condamnés à une amende de 50.000 dhs chacun. Le verdict avait été rendu, à la suite d’une plainte pour diffamation et injures déposée par l’ESISC contre l’hebdomadaire qui avait publié, dans son édition du 3 décembre 2005 un article au sujet d’un récent rapport du centre sous le titre "le front polisario partenaire crédible de négociations ou séquelles de la guerre froide et obstacle à une solution politique au Sahara".

L’hebdomadaire francophone a mis en cause "les méthodes de travail, l’éthique et l’indépendance" de l’ESISC, avait affirmé M. Moniquet qui s’est dit choqué par l’"attaque insultante et blessante de la publication".

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *