Benkhadra appelle les institutions arabes à participer au Plan solaire marocain

«Je profite de cette occasion pour lancer un ardent appel à toutes les institutions arabes concernées, pour qu’elles contribuent à ce grand projet qui servira de modèle inédit dans l’exploitation de l’énergie solaire, dans une région arabe qui regorge de potentialités dans ce domaine». C’est en ces termes qu’Amina Benkhadra, ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, a débuté son intervention lors de l’ouverture de la 9ème Conférence arabe de l’énergie, tenue dimanche 9 mai 2010 à Doha. L’intervention de Mme Benkhadra constitue un appel direct aux institutions arabes œuvrant dans le secteur de l’énergie pour participer au grand projet d’énergie solaire lancé en novembre 2009 par SM le Roi Mohammed VI. Le méga-projet dont le coût est estimé à 9 milliards de dollars, comprend cinq stations d’une capacité totale de 2.000 méga-watts qui, à l’horizon 2020, devrait couvrir environ 10% de la demande d’électricité et représenter avec les autres sources d’énergies renouvelables 42% de la capacité de production disponible. En effet, l’efficacité énergétique se veut une priorité nationale qui vise à réaliser une économie d’énergie d’au moins 12% à l’horizon 2020, et ce en généralisant les mécanismes de bonne gestion de l’énergie dans tous les secteurs socio-économiques et administratifs, aux plans national, régional et local. Lors de son intervention, la ministre a salué la coopération fructueuse qui existe entre le Maroc et les pays arabes dans le domaine de l’énergie. Elle a cité dans ce sens, la cession de l’outil production de la station thermique de Jorf Lasfar au groupe émirati «Taqa», la connexion électrique avec l’Algérie et le gazoduc Maghreb-Europe et l’entrée de la société libyenne «Libya Oil» dans le marché marocain de distribution de produits pétroliers. Mme Benkhadra a, par ailleurs, présenté la stratégie énergétique adoptée par le Maroc sur la base de partenariats public-privé. De ce fait, la ministre a mis en relief le rôle que revêt l’Agence marocaine de l’énergie solaire dans la supervision de la production de l’électricité d’origine solaire. Ladite agence a lancé à fin lancé à fin mars dernier un appel international à manifestation d’intérêt pour la réalisation du premier projet à proximité de la ville de Ouarzazate, d’une puissance de 500 MW, devant être opérationnel en 2015. «Ce projet peut servir de prototype de développement d’une électricité verte d’origine solaire dans le monde arabe, pouvant lui permettre de répondre à sa demande croissante en électricité», a indiqué Mme Benkhadra. Et de souligner que «l’intégration du Maroc dans l’économie mondiale et régionale, en particulier arabe et euro-méditerranéenne, constitue un axe fondamental de la stratégie de développement du Royaume en général, et dans le domaine énergétique en particulier». De même, Mme Benkhadra a mis en exergue la réalisation, à l’horizon 2020, de nouvelles grandes centrales électriques utilisant principalement le charbon, en plus d’énergies renouvelables éoliennes, solaires et hydrauliques pour contribuer à la production électrique nationale. A court terme, la stratégie prévoit d’ici 2012, le lancement d’un programme national de mesures prioritaires en adéquation  avec l’offre et la demande. Ce programme comprend l’accélération de la réalisation des projets électriques prévus, la généralisation des ampoules à basse consommation, l’adoption de l’heure d’été et l’établissement de tarifications qui incitent à l’économie d’électricité.  Quant au long terme, Mme Benkhadra a souligné que toutes les options restent ouvertes devant le recours à l’électricité nucléaire, à l’exploitation des schistes bitumeux, à l’utilisation des déchets organiques et du carburant d’origine biologique.


L’Agence marocaine de l’énergie solaire

L’Agence marocaine de l’énergie solaire est chargée d’assurer le pilotage et la conduite du projet marocain de l’énergie solaire en matière de conception, d’étude, de choix des opérateurs, de gestion et de suivi. Elle a également pour mission d’orienter et de coordonner l’ensemble des activités liées à ce projet, le plus grand dans le domaine de production de l’électricité d’origine solaire sur le plan international. L’Agence est appelée à élaborer une vision des projets intégrés visant le développement de l’énergie solaire dans les régions du territoire national. $L’Agence marocaine de l’énergie solaire a également pour mission de contribuer à l’amélioration de la recherche et d’encourager les inventions technologiques concernant l’ensemble des activités solaires portant sur la production de l’électricité. Elle élabore également les études techniques, économiques et financières nécessaires à la mise à niveau des sites et œuvrera pour installer les projets retenus auprès des investisseurs.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *