Bilan touristique stable pour l’année 2003

Le nombre de touristes ayant visité le Maroc en 2003 a dépassé les 4,5 millions, soit une évolution de l’ordre de 6% par rapport à l’année précédente. Pour le seul mois de décembre 2003, les statistiques du ministère du Tourisme parlent de 344.000 entrées, ce qui représente une variation de 7%. Toutefois, faut-il le préciser, le ministère du Tourisme intègre dans ces calculs les MRE, qui représentent un peu plus de la moitié des touristes. Ceci répond à la définition adoptée par l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) qui considère le touriste, toute personne non-résidente visitant un pays, pour une durée variant entre 24 heures et un an, et dont le motif principal de la visite est autre que d’y exercer une activité rémunérée dans ce pays.
C’est ainsi, que lors de 2003, le nombre de MRE a dépassé les 2,3 millions pour un total de 4,5 millions. Les Français viennent en deuxième position, avec 916.000 touristes, soit une variation de 4%. En fait, la plus grande évolution a été opérée dans le marché scandinave. Les touristes de cette région sont passés de 52.000 en 2002 à 67.000 en 2003. En outre, et malgré les tensions politiques entre le Maroc et l’Espagne, les citoyens de cette dernière sont de plus en plus nombreux à se diriger chez leur voisin du Sud. Les statistiques montrent une évolution de 15% sur ce marché, avec 231.000 touristes espagnols en 2003. Concernant les destinations, deux villes ont enregistré une variation positive du taux d’occupation. Tanger, d’abord, avec un taux d’occupation de 40,2% en 2003, au lieu de 37% en 2002. Et Rabat pour laquelle ce taux est passé de 41,4% à 43,2%.
Pour toutes les autres villes du Royaume, les taux d’occupation ont enregistré des baisses oscillant entre 0,4% pour Meknès et 6,9% pour Ouarzazate. Certes, ces chiffres ne sont pas reluisants, mais compte tenu de la crise mondiale du secteur touristique, cette légère évolution du nombre de touristes est porteuse d’espoir. « Le bilan de l’année 2003 peut être considéré comme rassurant », estime le ministère du Tourisme. En fait, la destination-Maroc a connu cette quasi-stabilité grâce notamment au marché français, premier pourvoyeur étranger, et le marché interne. Ces deux marchés représentent plus de 60% des nuitées totales enregistrées en 2003.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *