Cadrage : Confiance

Cadrage : Confiance

Jamais on n’avait senti autant d’optimisme régner dans les milieux diplomatiques étrangers en ce qui concerne le conflit du Sahara. Les responsables des affaires étrangères des puissances ne cachent pas leur confiance dans un prompt déblocage. Certains pays amis du Maroc – et ils constituent la majorité écrasante de la communauté internationale –  commencent à parler, déjà, de la victoire de la légitimité de la position marocaine, tout en vantant la sagesse et la pertinence de la méthode marocaine. Certains agents polisariens, qui étaient ; jusque-là, en permanente mobilisation pour provoquer des incidents dans les provinces du Sud, font profil bas et commencent, certainement à réfléchir à la manière de s’adapter à la nouvelle donne dans la région. Les Marocains, en général, se maintiennent en rangs serrés – comme cela a été toujours le cas – pour se mobiliser, pas pour la souveraineté du Maroc sur son Sahara, qui semble aujourd’hui, une évidence même pour les adversaires du Royaume, mais pour réussir, le moement venu, le pari de la régionalisation.
Ce climat de confiance et d’apaisement a pour origine le sentiment de « mission accomplie » qu’ont tous les Marocains aujourd’hui. Le peuple marocain pour avoir résisté à tous les complots qui ont tenté d’ébranler sa foi dans la légitimité de sa position sur le Sahara ou de fléchir sa résistance et ce malgré des moments très difficiles qui ont nécessité beaucoup de sacrifices. Des sacrifices qui se sont illustrés par la solidarité entre les régions, ce qui a permis de procéder à une mise à niveau exemplaire des infrastructures des provinces du Sud. Mais aussi pour faire face aux agressions militaires dont le Royaume faisait l’objet. Au sommet de l’Etat, la gestion du conflit qui a été imposé au Maroc est, depuis plus de trente ans, en parfaite symbiose avec la légalité internationale et en conformité avec les principes fondateurs de la politique de voisinage adoptée par le Royaume qui prône la création d’une zone de stabilité de coopération dans la région du Maghreb arabe.
Des principes que l’on retrouve dans l’esprit et le texte de l’initiative marocaine présentée à l’ONU. Car, d’un côté, elle s’inscrit dans la conformité avec le droit international et, de l’autre, elle ouvre de larges perspectives devant la construction du Maghreb arabe uni. Un grand projet auquel il ne manque plus qu’un minimum de bonne volonté de la part du pouvoir algérien.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *