Cadrage : L’argent a une odeur

L’ambiance sulfureuse qui se dégage de la polémique autour des circuits et du devenir des fonds collectés au nom de la solidarité avec le peuple palestinien martyr, appelle un certain nombre de remarques et de mises en garde.
La cause palestinienne est une cause structurante pour le peuple marocain. Elle l’est parce que la nation tout entière a intégré cette exigence de solidarité dans son vécu quotidien comme l’expression même de son appartenance arabo-musulmane. Elle l’est aussi, parce que parmi toutes les causes humaines et universelles, elle représente celle où l’injustice, le déni de justice et les droits humains sont le plus mis à mal.
Et, pour toutes ces raisons, la mobilisation de toutes les couches, de toutes les sensibilités et de tous les courants de pensée étaient les bienvenus, dans la défense du peuple palestinien et dans la manifestation de toutes les formes de solidarité avec nos frères victimes de l’une des formes de barbarie et d’agression les plus révoltantes et les plus abjectes de ce début du troisième millénaire.
Mais, cette unanimité et la légitimité de l’expression spécifique de chacune de ces sensibilités ne devrait en aucun cas être entachée de flou, d’irrégularités et de tripatouillages sur les fonds collectés au nom de cette solidarité. Ce serait tout simplement scandaleux et indigne de découvrir le moindre soupçon de détournement d’argent par rapport à sa finalité déclarée. Ce serait un abus de confiance vis-à-vis des donateurs, comme envers la cause humanitaire sacrée de la solidarité avec le peuple palestinien martyr. Un tel forfait, quel que soit son ou ses auteur(s) appelle l’opprobre et la mise au ban de la nation.
Cette condamnation ne peut être, hélas, que morale, compte tenu de l’impunité des débordements et des dérives que comportent l’ensemble des opérations de collectes de l’argent pour diverses causes, dans notre pays. Hormis un encadrement juridique général et peu respecté, une floraison d’associations, d’ONGs et de mouvements de multiples natures, sous couvert de défense de causes plus ou moins universelles et utilitaires, abusent de la générosité des citoyens et des bonnes volontés et se livrent à des opérations douteuses, qui se traduisent généralement par des escroqueries, des malversations et des abus de confiance caractérisés, pour satisfaire des appétits lucratifs personnels ou pour servir des causes claniques, partisanes ou sectaires.
Cette situation rend de plus en plus impératif de mettre en place des réglementations suffisamment rigoureuses pour contrôler la destination des dons, réglementer les collectes et assurer la meilleure transparence sur les circuits de l’argent destiné à financer les activités des associations et des ONGs, que ce soit de provenance nationale ou étrangère. Cette forme de régulation, notamment en période électorale, est extrêmement salutaire et urgente.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *