Cité du film : une belle association

La Cité du film est une idée de neuf personnes ayant un profil et un parcours assez riches. Il s’agit, tout d’abord, Ahmed Benkirane, vice-président de la CGEM. Il est également patron de Sahara Films, une société de distribution qui a pignon sur rue, et basée à l’avenue des FAR à Casablanca.
Parmi les initiateurs de ce projet il y a également David Lowe, avocat et patron de Tritel Inc. De nationalité anglaise, résidant actuellement à Monaco, David Lowe a poursuivi ses études à l’Université de Cambridge, avant de se diriger vers la capitale belge pour y entreprendre son troisième cycle en Droit puis rejoindre la Commission européenne. Après avoir géré les affaires du chanteur des Beatles, John Lennon, bien avant le décès de ce dernier, David Lowe a été sollicité par la banque Paribas en Suisse, où il devait mettre en œuvre son savoir dans le financement des activités cinématographiques. Un domaine où il serait devenu, au fil des années, un véritable expert.
Pour sa part, Castro Khatib est la véritable tête pensante de ce projet. Il porte lui-aussi un intérêt particulier à l’industrie cinématographique. Patron de Alladin Ltd, et âgé de 41 ans, Castro Khatib est né à Jaffa de Nazareth et fait partie des familles palestiniennes leader dans le secteur de l’immobilier, non seulement pour le compte de l’Etat israélien, mais également en Afrique du Sud, à Cuba, en Angleterre et aux Etats-Unis. La passion du cinéma, Castro Khatib l’a transformée en vocation à Stockholm où il a étudié la production de film. D’ailleurs, il habite toujours en Suède, un pays où il a produit neuf films.
Simon Denton est le directeur de la filiale de "Sovereign Group", fondée en 1996 au Royaume-Uni. Justement, la "Sovereign Group" dirige le "Rome Settlement Trust" qui appartient à Castro Khatib, sa femme et leurs deux filles. Sebastian Bach (à ne pas confondre avec le compositeur) est lui-aussi suédois et fait partie du staff du projet "La Cité du film". Ce jeune cadre de la Stockholm Investment Fund, depuis 2000, a rejoint deux ans plus tard, une banque d’investissement, Michel Ostlund Bankfirma où il s’occupe des affaires de… Castro Khatib.
Joseph Endoso ("Joe" pour les intimes) est le fondateur et directeur associé du groupe RedBridge, une entreprise indépendante d’investissement bancaire constituée en juin 2004 et basée à San Francisco et à Dubaï. RedBridge se concentre sur le conseil financier et les placements privés pour des sociétés d’Amérique du Nord et d’Europe qui souhaitent s’implanter dans des marchés émergents du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Avant de créer sa propre société, "Joe" est notamment passé par la banque néerlandaise ABN AMRO, et une banque d’affaires japonaise, Mizuho Securities. Comme tout projet immobilier qui se respecte, La Cité du film a son propre architecte. Il s’agit du professeur Roland Dieterl. Cet Allemand est directeur de l’entreprise de projet de construction "Spacial Solutions" à Munich. On doit à cette société des projets pharaoniques. C’est le cas de "Hydropolis", un hôtel sub-aquatique à Dubaï. Professeur d’architecture, Roland Dieterl assure des cours suivis, à en croire son CV, par des étudiants venus des quatre coins du monde. Bernd Engelhardt vient, quant à lui, de Siemens IBC (Industrial Buildings Consultants), également basée à Munich. D’ailleurs, le professeur Dieterl y a passé quelques années en qualité d’architecte en chef. En tous cas, Bernd Engelhardt est présenté comme étant un spécialiste dans le développement et les ventes des constructions Siemens dans le monde. Enfin, il y a Mel Morris, patron d’une société d’aménagement de terrains à Orlando en Floride. Il est patron de City Loft / Conran group. Sa société est spécialisée dans les hôtels et projets se rapportant aux loisirs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *