Confirmation en appel de la peine contre Le Journal Hebdomadaire

Aboubakr Jamaï, directeur de la publication et Fahd Iraki, journaliste,  doivent en outre verser chacun à la justice une amende de 50.000 dirhams. Cette sentence confirme celle du tribunal de première instance, le 16 février. Le Journal Hebdomadaire, avait mis en doute dans son édition du 3 décembre la probité d’une étude du "Centre européen de recherche, d’analyse et de conseil en matière stratégique (ESISC)" vis-à-vis du Front Polisario – qui s’oppose au Maroc dans le conflit du Sahara.

L’ESISC, basé à Bruxelles, avait notamment affirmé dans son rapport, très critique, que les cadres du Polisario pourraient se tourner vers le terrorisme  ou la criminalité internationale.

"Les mauvais arguments d’un rapport téléguidé par Rabat", avait notamment rétorqué Le Journal Hebdomadaire au contenu du rapport, assurant qu’il y avait des arguments plus puissants pour défendre la position marocaine sur le conflit du Sahara.

Les avocats et les journalistes de l’hebdomdaire n’étaient pas présent à l’audience. Interrogé par téléphone, l’un d’eux, Me Abderrahim Jamaï, a déclaré à l’AFP: "Je m’attendais à ce verdict car lorsque la justice ne respecte pas les principes de droits alors tous les dérapages sont permis".

Pour sa part le défenseur de l’ESISC, Mohamed Ziane, s’est "déclaré déçu par ce verdict étant donné que la partie adverse n’a pas fait son mea culpa et que personne n’accepte d’être impunément diffamé". Il a précisé qu’il avait réclamé 5 millions de dirhams pour le préjudice.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *