Conjoncture : Avec 8,5%, la consommation des ménages sera un des moteurs de la croissance en 2008

Selon les prévisions de la banque centrale, les dépenses des Marocains iront crescendo en 2008 avec une  progression de près de 8,5%.
Le taux de la consommation finale des ménages devrait marquer une hausse, à son tour, de l’ordre de 9%.
Dans ce contexte, cette tendance haussière «bénéficierait de l’effet positif de la campagne agricole sur les revenus des résidents, de l’amélioration du marché du travail, notamment dans le milieu rural, et de la progression attendue des revenus d’origine extérieure», explique Bank Al-Maghrib (BAM) dans son rapport de la politique monétaire relatif au mois de mars, et publié en fin de semaine dernière.
Cela rejoint, d’ailleurs, les prévisions
brossées depuis quelques temps par les analystes de la Caisse de dépôt et de gestion
(CDG), qui avaient mis l’accent sur le poids de la consommation des ménages et des transferts des MRE dans la croissance économique pour l’année en cours. En ce sens que «sous l’impulsion de  l’amélioration des revenus des ménages ruraux, la préservation du pouvoir d’achat des ménages ainsi que le renforcement des transferts des MRE, la consommation des ménages resterait le principal moteur de la croissance économique à un taux de 8,6%», avaient-ils indiqué à ce titre. Traduites autrement, les attentes de la CDG versaient dans le sens que la progression des revenus des ménages dans le monde rural, en relation avec une amélioration du secteur agricole notamment, additionnée à la croissance soutenue des transferts des MRE qui viendront alimenter les caisses, seraient pour induire une dynamisation de la consommation des ménages.
Pour ce qui est de la banque centrale, celle-ci met en relief, aussi, l’évolution des recettes découlant des transferts des MRE qui ont atteint, à fin janvier dernier, la bagatelle de 4,2 milliards de dirhams, en hausse de 1,7% par rapport à la même période de l’année 2007.
D’autre part, et s’agissant de la consommation des ménages non-résidents, ce compartiment devrait camper sur sa cadence positive, et ce, «en relation avec le renforcement des recettes des voyages qui malgré une baisse de 11,8%, intervenant en janvier 2008, en glissement annuel, demeurent en progression de 23,8% par rapport à la moyenne des recettes du mois de janvier à la période 2003-2007», soulignent les analystes de BAM.
Autre point, non moins important. Cela concerne la consommation des administrations publiques. En effet, la banque centrale trace un horizon tout aussi haussier pour ce compartiment. «La consommation des administrations publiques devrait progresser de 10,3%», avance la même source. Et si le portefeuille de l’Etat aura à dépenser plus, cette année, c’est surtout en raison d’une augmentation de 6,7% des dépenses de fonctionnement, qui ne cessent de gonfler, mais aussi en relation avec la disposition de la loi de Finances 2008, qui veut que les salaires s’accroissent de 4%.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *