Éditorial : Solidaires avec les Espagnols

Le terrorisme n’a pas de nationalité. Tout comme le séparatisme. Les deux s’assimilent à une épidémie mondiale qui ne cible que les innocents. Qu’elles se nomment ETA, Al Qaïda, Salafiya Jihadia ou autres, ces organisations terroristes sont dirigées par des fous de tous bords : religieux, sectes, extrémistes politiques… Ils ne savent semer que l’horreur, la mort et la désolation pour défendre des soi-disant causes justes. Or, il n’existe aucune cause sur cette planète qui puisse justifier que des hommes, des femmes et des enfants soient fauchés dans la rue par des bombes posées par des tarés.
Des criminels cinglés qui ne peuvent croire à aucune valeur, qu’elle soit d’ordre religieux ou idéologique. Car la pire des injustices qui puisse arriver à des passants innocents, c’est de subir une mort atroce sans savoir pourquoi.
Les lâches se dérobent partout où ils commettent des actes odieux que ce soit à New York, à Casablanca, à Madrid, à Jeddah, à Alger ou dans les plus lointaines contrées d’Asie. Les terroristes n’ont pas de nationalité parce qu’il faudrait qu’ils soient d’abord des êtres humains pour prétendre à des droits civiques. Et comme les terroristes ne respectent aucune frontière, il faut que la lutte contre eux soit sans visa, ni passeport, ni état d’âme. Ce qui s’est passé à Madrid concerne les pacifistes du monde entier et en premier lieu nous Marocains.
Les Espagnols sont nos voisins. Et quelles que soient les vicissitudes de la politique, ils demeurent nos amis car la géographie et l’Histoire nous condamnent à l’être. Nous sommes donc consternés par ces actes abjects, commis par les séparatistes de l’ETA qui ont fait des centaines de morts et de blessés innocents. Un drame jamais connu en Espagne qui s’est produit juste après la catastrophe naturelle qui a endeuillé Al Hoceïma et le Maroc entier.
Personne parmi les Marocains n’a oublié les actes de solidarité dont l’Espagne et son peuple ont fait preuve envers les sinistrés du séisme d’Al Hoceïma. Les Marocains se rappelleront toujours de gestes nobles. D’autant plus que l’Espagne arrive juste après l’Arabie saoudite en matière de volume d’aides fournies par nos amis.
Un soutien moral et financier qui a donné du baume au coeur aux Marocains dans des moments de douleur et de consternation. Encore faut-il rappeler qu’une catastrophe naturelle est écrite par Le Bon Dieu alors qu’un acte terroriste est signé par des criminels sans foi ni loi. C’est le propre des séparatistes que de tuer, d’enlever, de séquestrer et de marchander la vie des hommes, des femmes et des enfants. Nous partageons la douleur de nos amis espagnols parce que nous subissons depuis un quart de siècle ces hold-up des vies humaines au Sahara marocain. La bande de séparatistes du polisario a commis les pires exactions en exécutant sommairement des civils et des militaires à Tindouf.
Les témoignages les plus poignants ne manquent pas. Ils émanent parfois même des organisations qui avaient longtemps soutenu cette cause perdue. L’Algérie qui héberge et arme cette bande souffre du terrorisme aussi bien dans le nord que dans son immense Sahara où des bandes armées ont enlevé et monnayé des touristes. C’est le début du séparatisme qui se transforme en banditisme pour se convertir en terrorisme.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *