Évasion, sans précédent, de 9 détenus islamistes liés aux attentats du 16 mai 2003 de la prison de Kénitra

Une opération d’évasion de prison sans précédent et autrement très dangereuse vient de se dérouler. Neuf islamistes, impliqués dans les attentats terroristes qui ont secoué Casablanca le 16 mai 2003, ont réussi à s’échapper, hier, de la prison de Kénitra, en creusant un tunnel. Il s’agit de la première évasion de terroristes depuis la vague d’arrestations ayant suivi les attentats terroristes du 16 mai, qui avaient fait 45 morts dont 12 kamikazes. Les évadés ont laissé un document avant de disparaître dans la nature. Dans ce document, une sorte de « testament», dont «ALM» a obtenu copie, les évadés, dont des condamnés à mort, ont expliqué leur acte par un souci de révolte contre «l’injustice». «Nous avons tapé à toutes les portes, épuisé tous les recours, en vain. Il ne nous est resté qu’une seule voie (l’évasion) », on-ils indiqué. «Nous espérons que vous allez être compréhensifs à l’égard de notre acte», ont-ils affirmé. Contacté hier par ALM, le président de l’association « Annasir », en charge de la défense des prisonniers islamistes, a indiqué que cette «évasion est le résultat d’un sentiment de désespoir». Abderrahim Mouhtad a précisé que les évadés avaient été arrêtés bien avant les attentats terroristes du 16 mai, ajoutant que les mêmes évadés «n’ont été jugés qu’au lendemain» de cet acte exécrable qui a endeuillé le pays. Interrogé sur l’identité des fugitifs, le responsable de l’association «Annasir» a répondu que les évadés sont tous originaires de Casablanca». «Il s’agit de deux personnes condamnées à 20 ans de prison et de sept autres à la réclusion criminelle à perpétuité», a-t-il précisé. Le profil des évadés, qui purgeaient de lourdes peines, fait planer de nouveau les craintes quant à d’éventuelles récidives terroristes. Les services de la police ont été mobilisés, hier,  à tous les points de passage, et au niveau de tous les postes frontières, en vue d’éviter une éventuelle évasion hors du pays. Dans un communiqué , diffusé hier matin, le ministère de l’Intérieur a précisé que «l’évasion a été constatée, lundi matin, par l’admnistration pénitentiaire et que toutes les dispositions ont été prises pour retrouver les prisonniers évadés et déterminer les responsabilités». «Nous faisons porter la responsabilité à ceux qui nous ont condamnés. Nous assumons nos actes et il ne faut pas chercher de complicité parmi les détenus ou l’administration pénitentiaire. Nous ne ferons de mal à personne mais nous sommes heureux d’avoir recouvré notre liberté », ont indiqué les prisonniers évadés, dans le document qu’ils ont laissé à la prison de Kénitra.


La liste des évadés


Kamal Chatibi (20 ans), Mohamed Chatibi (20 ans), Abdelhadi Eddahbi (peine capitale), Hicham El Alami (perpétuité), Mohamed Mouhim (perpétuité), Abdelilah Boughmir, Hammou El Hassani, Tarik El Yahyaoui, Mohamed El Chadli.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *