Interrogations, spéculations et fantasmes

L’impressionnant déploiement policier à Casablanca suscite les commentaires les plus divers. Les interrogations au sujet des raisons derrière cela sont, parfois, justifiées alors que d’autres, elles relèvent du pur fantasme. « L’omniprésence des forces de l’ordre dans les rues renseigne sur l’état sécuritaire préoccupant », affirme H.M jeune cadre à Casablanca. Pour elle, son programme quotidien a été revu et corrigé. Les sorties, hors travail, se font rares. « J’ai ne vais plus manger dehors. Avec mon enfant et mon mari, nous avons décidé de limiter nos déplacements. On ne sait jamais », ajoute-t-elle. Par contre, N.F. femme au foyer, habitant Hay Mohammadi, estime que son sentiment de sécurité est plus prononcé depuis la mise sur pied de ce positif. « Les brigades mobiles, surtout en motos, nous donnent l’impression que les malfaiteurs seront poursuivis même dans les ruelles. Chaque matin, à 7h30 précises, j’entends le bruit de l’hélicoptère qui survole la région. Cela est plutôt rassurant », tient à préciser notre interlocutrice. Donc, les avis divergent. Les interrogations sont multiples, mais malheureusement, les réponses se font rares. Le déficit communicationnel est assurément flagrant. Même pour ceux qui se disent rassurés, les attentes d’informations aussi précises que sécurisantes sont nourries. Cela passe par la mobilisation de moyens tant humains que matériels. La police doit disposer de moyens efficaces pour atteindre ses objectifs. Ailleurs, le recours aux techniques nouvelles est devenu un réflexe systématique. Le champ d’utilisation des caméras de vidéosurveillance a, par exemple, été élargi. L’emploi de caméras de vidéosurveillance peut efficacement prévenir le crime puisque les chances de découvrir le coupable augmentent. Le fait de savoir que les locaux sont sous surveillance peut également contribuer à augmenter la sécurité de certaines catégories professionnelles, les vendeurs de magasins par exemple…sans que les citoyens ne s’en rendent compte. La police est, depuis quelques années, l’objet de transformations profondes dans la mesure où s’oriente vers l’emploi de méthodes de travail axées sur les problèmes, elle les activités de la police de proximité sont en extension. La réforme sur la police de proximité vise à ce que les tâches effectuées le soient par des unités ayant un ancrage local et agissant dans des zones géographiquement limitées. Orienter l’action sur les problèmes, c’est, par la même occasion, cerner de manière systématique les circonstances qui conditionnent et facilitent le crime. En coopération avec particuliers, autorités, associations, commerçants et industriels, la police de proximité doit, en fonction de ses connaissances, prendre des mesures de prévention du crime à caractère à la fois social et situationnel.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *