La clef des choix du PND

Au Sheraton Casa, l’ambiance est à la tête, ce mercredi. Et pour cause : le Parti national démocrate tient une rencontre avec ses candidats aux législatives et annonce les noms de têtes de liste.
Et comme il fallait s’y attendre, la foule était nombreuse. Quoique pas tous les candidats étaient présents. Le secrétaire général du parti, Abdellah Kadiri n’a eu de cesse de répéter que les têtes de liste ont eu leur document d’investiture et qu’ils sont en phase de finaliser leur liste. C’est donc normal qu’ils n’aient pas tous fait le déplacement au palace casablancais.
En guise de clôture, M. Kadiri a tenu à préciser que le logo du parti est la clef. « La clef du bonheur », dit-il tout sourire. Voilà une explication qui se tient d’un choix de logo qui n’est pas étranger à la perception sociale du parti, lié au terroir. D’ailleurs la clef rappelle les anciennes demeures, le fonds de commerce, le porte chance…
Pour la direction du parti présente au grand complet à la tribune, le choix des têtes de liste s’est fait dans la transparence totale, tenant compte des critères établis et des avis des uns et des autres. A une question sur la candidature de Hamouda El Caid, ancien wali de Casablanca, à la tête de liste du parti à Benslimane, M. Kadiri a eu cette réponse : « Tout le monde connaît la position claire et ferme qu’a eue M. Hamouda El Caid contre l’opération d’assainissement en 1996. Après son départ à la retraite, il jouit de tous ses droits de citoyen et il peut se présenter aux élections avec la formation qu’il choisit. Il a choisi le PND dirigé par des amis à lui et qui défend les affinités rurales qui lui sont chères. » Tout est dit ou presque.
Honneur aux femmes, la liste nationale est présidée par Milouda Hazem, secrétaire général adjoint du parti. Elle qui sait discourir et maîtrise l’art de se faire entendre, précise que son choix participe d’une question de principe que le parti a toujours défendue, à savoir l’égalité des chances entre hommes et femmes, pour preuve « je suis la seule femme occupant un rang si élevé dans la hiérarchie partisane nationale », dit-elle. La liste n’a pas été communiquée. « Ce sera fait ultérieurement », lance M. Kadiri.
Quant aux têtes de liste, le choix s’est porté sur une partie des notabilités du PND : Haj Ali Kayyouh, Larbi Salmi, Taher Chakir, ou encore Rkia Alami à la circonscription du Ryad à Rabat, outre M. Kadiri à Berrechid. De nouvelles têtes ont eu l’investiture : Abdelmajid Bennis, débarqué de l’UC, à Sidi Moumen, Hicham Balafrej à Rabat Chellah, ou encore le Dr Allali, grande figure du monde de la médecine, à Casablanca.
Pourquoi Zahraoui n’a pas été retenu ? Pour M. Kadiri, c’est Zehraoui lui même qui a demandé à ne pas faire partie des têtes de liste. «Allez lui demander pourquoi…», réplique le secrétaire général…
Il n’y a pas de problème particulier lié à la transhumance au PND. «Il y a des cadres qui sont valables et qui ne retrouvent pas place là où ils étaient, ils peuvent donner chez nous s’ils se sentent bien. Pourquoi s’en priver ? d’autant plus qu’à peine 5 % de nos candidats viennent des autres formations qui sont d’ailleurs nos alliés…». On ne peut être plus explicite. La direction du PND est confiante quant à l’aboutissement de ses efforts. «Les résultats conforteront nos espoirs», dit-on au PND…
Maintenant que le parti a finalisé sa liste de candidats, exception faite de cinq circonscriptions, on attend de voir quel slogan mobilisateur trouvera-t-il pour parvenir à ses fins. La bataille des têtes a été dure. Celle de les faire élire, plus dure…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *