La gauche veut commencer par rassembler ses députés

Les partis de gauche s’acheminent vers la constitution d’un groupe parlementaire uni en perspective de la session parlementaire d’octobre prochain. C’est ce qu’annonce Abdelkarim Benatik, secrétaire général du Parti travailliste (PT). La tenue d’un colloque national sur la régionalisation élargie, samedi prochain, à Jerrada, regroupant des délégations de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), du Parti du progrès et du socialisme (PPS), du Front des forces démocratiques (FFD) et du Parti socialiste (PS) à l’initiative du Parti travailliste (PT), marque, selon M. Benatik, une étape importante vers l’atteinte de cet objectif. «Cela fait une année que l’idée de l’unification de la gauche fait son chemin. Nous avons commencé par la constitution d’un pôle de gauche entre le PPS, le FFD et le PT. Puis nous avons entamé des discussions profondes  avec les dirigeants de l’USFP. En fait, c’est le premier secrétaire de l’USFP, Abdelouahed Radi, qui a suggéré de franchir une étape concrète en constituant un groupe uni au sein du Parlement», explique à ALM Abdelkarim Benatik. Et d’ajouter que «ce groupe comprendra pas moins de 65 députés et constituera une composante d’équilibre importante au sein du Parlement». Le secrétaire général du Parti travailliste assure que les partis de gauche ambitionnent, à travers le colloque de Jerrada, d’élaborer une vision commune à propos de la régionalisation avancée. Pour sa part, Ismaïl Alaoui, secrétaire général du PPS, souligne que  «la question de la constitution d’un groupe de gauche uni au sein du Parlement en perspective de la rentrée parlementaire d’octobre prochain est à l’ordre du jour du débat avec nos partenaires». «Toutefois, il n’est pas aisé d’atteindre cet objectif. Il reste beaucoup à faire à ce stade. Ce qui est important aujourd’hui, c’est que nous avons la volonté pour atteindre cette ambition majeure», précise M. Alaoui. Le secrétaire général du PPS affirme que l’organisation d’un colloque regroupant les partis de gauche à Jerrada est «une initiative louable». «La régionalisation élargie est une introduction nécessaire au processus de démocratisation de la vie politique au Maroc. Elle intéresse, dans ce cadre, toutes les composantes de la gauche. Ainsi, le colloque de Jerrada ne pourra, ainsi, que renforcer les liens entre les partis de gauche», ajoute M. Alaoui. «La constitution d’un groupe parlementaire uni regroupant les composantes de la gauche est parmi les questions inscrites à l’ordre du jour d’un grand débat que nous avons lancé en partenariat avec les autres partis de gauche. Une fois cet objectif atteint, ce groupe constituera le plus grand groupe au sein du Parlement», souligne, pour sa part, Ahmed Zaïdi, membre du bureau politique de l’USFP. Moulay Hafid El Iraki, vice-secrétaire général du Parti socialiste, indique, quant à lui, que le colloque de Jerrada «rentre dans le cadre du rapprochement progressif entre les composantes de la gauche». «La réussite du projet de régionalisation élargie nécessite un débat large entre toutes les composantes de la société. Nous ambitionnons à travers cette rencontre d’entamer une réflexion commune pour déboucher sur une vision commune de la gauche à propos du chantier structurant de la régionalisation».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *