La mouvance populaire prend les commandes

La mouvance populaire prend les commandes

Les élections pour le renouvellement du tiers sortant de la Chambre des Conseillers se sont déroulées le 6 octobre dernier, un peu partout au Maroc, dans une ambiance semblable à celle qui a prévalu lors des communales. Ce scrutin a permis de pourvoir 90 sièges vacants depuis le tirage au sort qui a eu lieu lors de juillet dernier. La bataille fut rude. L’argent a coulé à flot. Dans certaines régions, les voix ont coûté environ 50.000 DH. Des alliances anormales se sont opérées. L’exemple le plus édifiant est sans doute celui des Chambres de commerce, d’industrie et des services (CCIS) de Casablanca et Mohammédia. Un seul siège était réservé à ces deux Chambres. Trois candidats étaient en lice. Driss Ghazali (RNI), Samir Lahmidi (UC) et Wahid Jamaï (PI). Le premier a été élu grâce à 55 voix dont huit exprimées à Mohammédia. Pourtant, le RNI ne disposait que deux membres dans cette ville. D’ailleurs, c’est un membre du MP qui a représenté Ghazali à Mohammédia. Quant au candidat de l’UC, il n’a pu obtenir que 21 voix, toutes exprimées à Casablanca alors qu’à Mohammédia son parti compte deux sièges. Enfin, et c’est le plus frappant, aucun des onze membres istiqlaliens de la Chambre de Casablanca n’a voté pour le candidat de leur parti, Wahid Jamaï. Ce dernier a d’ailleurs obtenu six voix, toutes exprimées à Mohammédia. Cette pratique a eu lieu dans plusieurs autres régions. C’est dire que la discipline partisane a fait affreusement défaut lors de ces consultations. En plus de Driss Ghazali à la CCIS, deux autres sièges étaient à pourvoir dans les chambres professionnelles. Un pour la Chambre d’Agriculture et l’autre pour l’Artisanat. C’est l’Istiqlalien Ahmed Chafiq, qui a été élu dans la première et Brahim El Hob pour l’Artisanat. Pour ce qui est des collectivités locales, les cinq sièges à pourvoir à Casablanca sont désormais occupés par Sefiane Mohamed (MP), Tadlaoui Saïd (PND), Mohamed J’biyel (RNI), Houssine Haddaoui (UC) et Zoubida Bouayad (USFP). A l’échelle nationale, un seul siège était à pourvoir dans les chambres des pêches maritimes et c’est le Conseiller sortant Larbi Bourras qui a été réélu à Tanger. Au total, l’Istiqlal a réussi à décrocher 11 sièges, alors que le tirage au sort avait touché 7 de ses Conseillers. En d’autres termes, l’Istiqlal a gagné cinq nouveaux sièges pour atteindre un total de 35 Conseillers dans la deuxième Chambre. En tout cas, le RNI demeure le premier parti dans cette Chambre. Avec 10 nouveaux Conseillers, le RNI compte aujourd’hui 46 Conseillers. L’exploit a été réalisé par le MNP de Mahjoubi Ahardane. Il a réussi à faire élire 12 Conseillers après en avoir perdu 7 au tirage au sort. Le Mouvement Démocratique et Social (MDS) de Mahmoud Archane a gagné 3 Conseillers parmi lesquels le propre secrétaire général du parti. L’USFP a perdu lors du tirage au sort six Conseillers. Mais à la suite de ces élections, seuls deux ont réussi à passer. L’Union Démocratique (UD) de Bouâzza Ikken, a pour sa part réussi à faire élire six nouveaux Conseillers. Neuf pour le MP. Ce dernier compte désormais 29 Conseillers. Le pôle de la Mouvance populaire (MP/MNP/UD) est de loin le plus grand groupe à la Chambre des Conseillers, avec environ 117 Conseillers. « Désormais, la présidence devrait revenir à un de nos Conseillers », affirme un responsable de la Mouvance. Plus aucun compromis ne sera possible. Le candidat favori pour la succession de Mustapha Okacha n’est autre que l’actuel président de la région Rabat-Salé-Zemmour-Zaïr, le MP Abdelkabir Berkiya. L’Union constitutionnelle a décroché 7 sièges sur les 90 à pourvoir. Le PND en compte six nouveaux Conseillers. Quatre pour Al Ahd, trois pour le PPS et deux pour le FFD. Le PDI, le PCS, ADL, le PRD, le PML et le PED ont obtenu un seul siège chacun. Pour ce qui est des centrales syndicales, à l’heure où nous mettions sous presse le ministère de l’Intérieur n’avait pas encore proclamé les résultats définitifs. Toutefois, le tirage avait touché neuf syndicalistes. Les résultats recueillis par ALM annonçaient trois sièges pour la CDT, trois pour l’UMT, un pour l’UGTM et deux pour la FDT. A noter que le code électoral interdit le cumul de trois fonctions électives à la fois. Ainsi, Mohamed Faouzi Benallal (PI) élu dans la région Rabat-Salé-Zemmour-Zaïr devra quitter les deux fonctions qu’il occupe déjà, à savoir président de commune et président de la CCIS de Skhirat-Témara. Rappelons que la Chambre des Conseillers comprend 270 membres dont 162 élus au niveau régional par un collège électoral composé des membres élus dans les conseils communaux, les conseils provinciaux et préfectoraux et les conseils régionaux. 81 autres membres sont élus dans chaque région par des collèges électoraux composés des membres élus par chacune des chambres professionnelles de la région concernée (Chambre d’agriculture, chambre de commerce, d’industrie et de services, chambre d’artisanat, chambre des pêches maritimes). Les 27 autres membres de la Chambre des conseillers sont élus à l’échelon national par un collège électoral composé de l’ensemble des délégués des personnels des établissements, des représentants des employés au sein des commissions statutaires, des mineurs, des représentants des fonctionnaires au sein des commissions paritaires.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *