La perversion sexuelle dans le collimateur du gouvernement

Le nombre des affaires enregistrées auprès des parquets en 2005-2006 et impliquant des étrangers et des Marocains en compagnie de mineurs, s’élève à vingt-six, a-t-il précisé en réponse à une question de députés du Parti Justice et développement (PJD) sur le traitement que la justice réserve aux adeptes du phénomène.

Les tribunaux ont prononcé de nombreux jugements condamnant les personnes, étrangères ou marocaines, impliquées dans ces affaires, a-t-il ajouté.
Grâce à la vigilance des services de sûreté et aux campagnes d’assainissement dans les villes concernées, il a été procédé à l’arrestation de Marocains et d’étrangers pour crimes de ce genre, a-t-il rappelé, précisant que les individus arrêtés sont déférés devant le parquet et c’est au procureur général de décider des poursuites et de l’éventualité de se constituer partie publique.

La perversion sexuelle n’est pas l’apanage des seuls étrangers et doit être traitée non seulement par la condamnation à des peines de prison mais aussi par voie psychothérapique et pédagogique, a ajouté le ministre de la justice.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *