L’Arabie Saoudite enregistre son premier cas mortel

Les autorités saoudiennes ont annoncé, lundi 27 juillet, leur premier cas mortel de grippe A(H1N1) enregistré dans leur pays. Il s’agit d’un Saoudien de 30 ans, qui est décédé samedi dernier. Celui-ci était hospitalisé trois jours auparavant dans l’est du Royaume. Le ministère saoudien de la Santé a précisé dans un communiqué, que des examens avaient démontré que l’homme en question, et qui était admis dans une clinique privée de la ville de Damman, avait contracté le virus A (H1N1). Au moment de son hospitalisation, il avait de la fièvre et souffrait d’une pneumonie et de difficultés respiratoires. Selon la même source, le traitement que cet homme suivait et qui était composé d’antibiotiques et de l’antiviral Tamiflu, n’a pas empêché son décès. Le ministère saoudien de la Santé a indiqué que le jeune homme décédé avait été contaminé à cause du contact qu’il a eu avec une personne atteinte de la grippe.
Cette année, un nombre important de fidèles est attendu pour le pèlerinage aux Lieux Saints de l’Islam. L’Arabie Saoudite craint que le nombre élevé de pèlerins qu’elle devra accueillir sur son territoire, provoque l’explosion du nombre de cas de grippe A(H1N1). Les autorités saoudiennes ont diagnostiqué jusqu’à maintenant environ 300 cas de grippe A(H1N1). Le grand pèlerinage annuel de La Mecque (Hadj) rassemble plus de deux millions de fidèles. Le Hadj est prévu cette année pour la fin novembre. La Omra, ou petit pèlerinage, peut se faire toute l’année, mais son affluence est plus grande pendant le Ramadan. Le risque reste donc omniprésent.
Rappelons que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé l’interdiction du pèlerinage et de la Omra pour les groupes à risques, c’est-à-dire les personnes âgées de plus de 65 ans et celles âgées de moins de 12 ans, ainsi que les personnes qui souffrent de maladies chroniques. Cette recommandation a été annoncée, mercredi 22 juillet, au Caire lors d’une conférence de presse tenue à l’issue de la réunion du comité de l’OMS pour le Moyen-Orient, et qui a réuni les ministres arabes de la Santé.
Parmi les personnes atteintes de maladies chroniques devant éviter le pèlerinage, les ministres arabes de la Santé ont cité celles atteintes de diabète, d’affections cardio-vasculaires et hépatiques, d’excès d’obésité et de troubles du métabolisme. Les ministres arabes ont de même recommandé un renforcement des systèmes de lutte contre ce virus et de surveillance de ses éventuelles mutations. Dans ce sens, il a été demandé au directeur régional de l’OMS pour le Moyen-Orient de constituer une commission d’experts de sept pays, dont le Maroc, pour étudier et actualiser toutes les données relatives à la propagation de l’épidémie et fixer les critères qui permettent l’évaluation de sa gravité. Une réunion urgente du comité est prévue en cas de grave développement de l’épidémie. Le porte-parole du ministère saoudien de la Santé, le docteur Khaled Marghlani, a indiqué, samedi dernier, que son pays allait probablement suivre les recommandations émises par les ministres arabes de la Santé. «Mais le quota accordé à chaque pays, soit 1.000 pèlerins par million d’habitants, ne sera pas changé», a-t-il expliqué.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *