L’ASM appelle à la fermeté contre les activistes du Polisario

L’ASM appelle à la fermeté contre les activistes du Polisario

L’Association le Sahara marocain a adressé, hier mardi, une lettre ouverte aux autorités dans laquelle elle appelle à l’application avec fermeté des dispositions prévues par la loi contre les agissements des activistes enrôlés par le Polisario dans les provinces du Sud.   «Ledit «Front Polisario» est une organisation armée soutenue militairement, diplomatiquement et économiquement par le régime algérien et hébergée en Algérie», rappelle le président de l’Association le Sahara marocain (ASM), Réda Taoujni, dans une lettre ouverte aux ministres de l’Intérieur et de la Justice, au directeur général de la Direction générale des études et documentation (DGED), au directeur général de la Sûreté nationale, au général de division, commandant de la Gendarmerie royale et au directeur général de la Direction de la surveillance du territoire (DST).
Aujourd’hui, l’ASM constate qu’une vingtaine de personnes dans nos provinces du Sud s’activent pour le compte des séparatistes et de l’Algérie à des fins politiques sous couvert des droits de l’Homme. «Ces personnes sillonnent le monde aux frais des services de renseignements algériens, sont rémunérés par ces derniers et s’affichent publiquement avec les ambassadeurs, diplomates ou agents des renseignements algériens», a fait remarquer M. Taoujni. Dans toutes les provinces du Sud du Maroc, ces personnes sont à la tête de plusieurs cellules clandestines qui encadrent, selon M. Taoujni, les jeunes, surtout des mineurs, et les poussent contre des sommes d’argent à commettre des actes de vandalisme dans les rues, attaquer les voitures de police, détruire les biens publics…
Estimant que cette question ne relève point de la liberté d’expression, le président de l’ASM qualifie ceux qui se disent être des «séparatistes d’intérieur», «de traîtres à leur patrie au service d’un pays étranger – de plus ennemi – et les lois à travers le monde en la matière sont claires». Et d’ajouter que l’ASM défend la liberté d’expression et parmi ses priorités, le militantisme pour ce principe élémentaire des droits de l’Homme. «Pour cela, nous avons à maintes reprises demandé à l’Etat que si des personnes se disent convaincues par le séparatisme, de créer leur entité de manière légale et s’activer suivant les lois en vigueur dans le Royaume». L’ASM se demande par ailleurs pourquoi ces personnes ne sont pas traduites en justice pour répondre de leurs actes. «Nous n’avons pas à avoir peur de l’opinion ou instances internationales, il s’agit de la sécurité de notre patrie dont vous êtes tous responsables et votre attitude passive à l’égard de ces personnes menace la stabilité du pays, prenez exemple de la fermeté  de l’Etat espagnol envers les sympathisants de l’ETA, nous disons bien sympathisants et non pas les terroristes directs de cette organisation armée», précise la lettre de l’ONG marocaine. Avant de conclure sa lettre, le président de l’ASM a interpellé les autorités marocaines en leur demandant de «décapiter par la voie de la justice ces réseaux qui  enveniment la vie de la grande majorité des Marocains d’origine sahraouie qui ne cachent plus leurs préoccupations quant à leur avenir et celui de leurs progénitures, sans oublier le peuple marocain entier qui commence à s’inquiéter au vu de la liberté d’action et l’impunité dont jouissent ces «traîtres» au service de l’Algérie».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *