Le commerce des sportifs

L’immigration des sportifs à la recherche des cieux plus cléments a pris une proportion considérable depuis le début des années 90. Elle s’effectue sous toutes les formes soit à visage découvert, clandestinement, frauduleusement ou moyennant commission.
Tous les chemins mènent à Rome pour fuir la misère et retrouver les paradis supposés ou miroités par les passeurs de mauvais aloi. Si chacun connaît l’ampleur de la défection des sportifs au cours des voyages officiels à l’étranger, peu ont eu vent du commerce informel des sportifs. Un commerce qui se fait via des courtiers tout aussi informels vers des destinations diverses vers les pays du Golfe, en Europe, voire en Amérique.
L’histoire de ce joueur de football qui évoluait dans une équipe de première division et qui s’est retrouvé pendant un an au Brésil, dénote la nette prolifération de ces réseaux. Hafid a été contacté par une personne qui lui a fait croire qu’il est plus facile d’accéder à l’Europe via le Brésil. Hafid qui voulait faire carrière en France a été victime de sa cupidité puisqu’il fut abandonné au Brésil où il a erré pendant un an. Il n’a pas seulement raté sa carrière de footballeur, mais il a perdu les 40000 dirhams qu’il a versés à son passeur.
Les spécialistes du commerce des athlètes sont devenus légion et leurs variantes en escroquerie ont dépassé toutes les limites de l’imagination. Qui aurait pu croire par exemple qu’un Marocain puisse se jouer des joueurs de l’USM de Mohammedia pour leur promettre monts et merveilles en Israel. Ils y ont tellement cru qu’ils ont regagné ce pays en payant le prix en argent mais aussi en humiliation quand ils ont été refoulés.
L’affaire est passée devant la justice et plusieurs accusés ont été incriminés dont notamment un conseiller municipal. C’est dire que le commerce des sportifs rapporte gros puisqu’il intéresse même nos élus. À quelque 250 kilomètres de Mohammedia, la ville de Beni Mellal a été secouée, aussi, par une fuite organisée des footballeurs vers les pays du Golfe. Des passeurs « assermentés » ont trouvé l’astuce en engageant la plupart des joueurs de cette équipe dans le championnat corporatif des Emirats Arabes Unis.
Les managers de l’escroquerie en ont récolté des dizaines de milliers de dirhams comme ils ont fait de même avec des joueurs du CODM et d’autres équipes de première division. Plusieurs joueurs du Chabab de Mohammedia ont notamment traversé les Pyrénées pour atteindre la France, la Belgique et autres pays. Il a fallu qu’ils arrivent à bon port pour qu’ils puissent réclamer leurs papiers et leurs passeports qui leur ont été expédiés par courrier… leurs expéditeurs courent toujours dans un commerce devenu prospère au détriment de l’image du sport marocain.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *