Les recettes fiscales atteignent les 8 milliards de dirhams en quatre ans

Un total de 8 milliards de dirhams, telle est la somme des recettes fiscales globales du secteur du tourisme, générée sur un horizon de quatre ans ( 2005-2008). Ce chiffre est l’objet d’une étude, réalisée récemment par la Fédération nationale du tourisme (FNT), sur la contribution économique et fiscale des entreprises touristiques. «L’objectif étant d’analyser de manière exhaustive, sur les données réelles de 2007, les bilans de plus de 2800 entreprises touristiques pour évaluer leur contribution économique et fiscale», a souligné Othman Cherif Alami, président de la FNT, lors d’un point de presse tenu, lundi 25 octobre 2010, à Casablanca. Et de poursuivre que «l’étude permet également de réaliser un Benchmark par rapport aux principaux pays concurrents et proposer des recommandations argumentées pour améliorer leur compétitivité». Se référant à l’étude, les entreprises touristiques contribuaient en 2005 à hauteur de 1,5 milliard DH, soit 2,46% des recettes nationales. En 2006, ce taux a légèrement reculé. Ainsi, la contribution des entreprises touristiques s’est établie durant cette année à 1,9 milliard DH, soit un taux de 2,21%. En 2008, les contributions ont poursuivi leur baisse en atteignant un montant global de 2,1 milliards DH, soit 1,55% des recettes nationales. «Cette baisse est essentiellement due aux effets de la crise mondiale qui se sont répercutés sur le secteur du tourisme», a précisé M. Cherif Alami. Dans le même contexte , M. Cherif Alami a souligné que le secteur du tourisme n’a bénéficié, en 2008, que de 482 millions DH en avantages fiscaux. «Ces dépenses proviennent essentiellement de la réduction de 50% sur les bénéfices au prorata du chiffre d’affaires en devise», ajoute-t-il. En outre, les recettes fiscales globales du secteur représentent, sur la période examinée, une quote-part de 2% des recettes fiscales globales. Pour sa part, la charge fiscale des entreprises touristiques oscille entre 8% en 2008 et 13% en 2007 de leur chiffre d’affaires, relève -t-on dans cette étude. Se rapportant au Benchmarking réalisé dans le cadre de cette affaire, le Maroc occupe pratiquement la même place que l’Espagne et la Tunisie. Les agences de voyages marocaines se positionnent en 4ème rang avec 30% d’IS et 40% d’IR. Ces agences occupent également la 5ème position en matière de TVA avec un taux global de 20%. De même, les hôtels marocains occupent la 4ème place en matière d’IS (30%) et IR (40%) et la 3ème en matière de TVA (10%). Dans le cadre de la préparation de la loi de finances 2011, la FNT adresse une multitude de propositions. Au niveau de l’IS, la FNT insiste sur la régulation des formalités administratives liées à l’exonération du chiffre d’affaires en devise réalisé par les opérateurs touristiques. La FNT revendique, également, la mise en place d’un cadre fiscal incitatif permettant d’encourager l’immobilier locatif à vocation touristique, en tant que model d’investissement structurant pour le secteur. Par ailleurs, la FNT invite à unifier les taux de TVA à 10% pour l’ensemble de la chaîne de valeur touristique, conformément aux engagements de l’Etat figurant dans le cadre de la vision 2010. De même, la FNT appelle à une refonte des taux appliqués pour certaines taxes, à savoir celle de débit de boisson, de la promotion touristique, du séjour et la contribution au bureau des droits d’auteurs pour les restaurants d’animation touristique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *