L’Espagne explique sa présidence au Maroc

L’Espagne explique sa présidence au Maroc

Les ambassadeurs d’Espagne et de l’Union européenne ont été reçus, vendredi 15 janvier, à Rabat par Taïeb Fassi Fihri, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération. Les deux responsables sont venus présenter les principaux axes de la politique européenne au cours du premier semestre 2010. Luis Planas, ambassadeur d’Espagne au Maroc, et Eneko Landaburu, ambassadeur de l’UE à Rabat, ont présenté  au cours de cette audience le programme de la présidence espagnole de l’UE. MM. Planas et Landaburu ont rappelé, à cette occasion, les principales innovations institutionnelles et juridiques apportées par le nouveau Traité de Lisbonne. «Luis Planas et Eneko Landaburu ont notamment mis en exergue les nouvelles possibilités de partenariat et les créneaux qu’offre désormais ce nouveau cadre juridique au profit du partenariat entre le Maroc et l’UE», précise le communiqué. En fait, l’Espagne tient à élargir le cadre de concertation avec son voisinage sur son plan d’action pour les six mois à venir. Lors de l’audience, le chef de la diplomatie marocaine a salué, pour sa part, l’entrée en vigueur du nouveau Traité de Lisbonne. Il l’a inscrit dans la lignée des «actes historiques qui ont jalonné le parcours communautaire». M. Fassi Fihri a souhaité que ce nouveau cadre juridique puisse permettre à l’UE «d’adopter une vision davantage stratégique à l’égard de son voisinage immédiat et plus particulièrement à l’égard de ses partenaires les plus allants et les plus engagés», selon le communiqué du département de M. Fassi Fihri. Les deux parties n’ont pas manqué d’évoquer l’impact du Traité de Lisbonne sur le Statut avancé accordé au Maroc depuis octobre 2008 et qui constitue une perspective nouvelle au partenariat entre le Maroc et l’UE. En effet, ils se sont engagés à explorer au mieux les nouveaux outils et les mécanismes prévus par le Traité de Lisbonne en vue d’accélérer la mise en œuvre du Statut avancé. Selon la même source, les deux parties ont souligné, en outre, que «la mise en œuvre efficiente et méthodique de ce Statut avancé prépare le partenariat Maroc-UE à la conclusion, à moyen terme, d’un nouveau lien contractuel». Un nouveau lien qui devra succéder à l’actuel accord d’association et qui prendra la forme d’un partenariat privilégié, à la hauteur des avancées et des ambitions du Maroc et de l’UE.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *