Loterie nationale, la part du lion

Contrairement à ce que croient beaucoup, le marché des jeux de hasard n’est pas le monopole de la Marocaine des Jeux et des Sports. Il existe un autre acteur et pas des moindres : la loterie nationale.
Placée sous la tutelle du ministère des Finances, la société détient une part de marché importante. Ses produits (Loto, Kino…) sont désormais assez connus du grand public, depuis que les responsables de ladite société ont opté pour une communication tous azimuts. L’époque des résultats dans les points de vente est révolue.
Aujourd’hui, le tirage au sort se fait en temps réel. Plus encore, l’opération est transmise sur la deuxième chaîne. Car chez la loterie nationale, la transparence est un souci. Pour réussir le coup, rien n’a été laissé au hasard : beau plateau, belles présentatrices,…
Tous les ingrédients sont bons pour attirer de nouveaux adeptes. Plus qu’une simple politique de communication, il s’agit ici d’un outil marketing des plus stratégiques et des plus efficaces, puisque désormais, jeunes, employés, fonctionnaires, etc, n’hésitent pas à miser pour espérer remporter la fameuse cagnotte. Chacun selon sa bourse. « Le budget varie de 30 à 100 DH et des fois ça peut aller jusqu’à 1.000 DH », a confié un gérant d’un point de vente de la place. Résultat : la loterie nationale grignote des parts de marché et commence, même, à faire son entrée dans les foyers marocains. Pour les dirigeants de la société, l’objectif à long terme est de toucher tout le commun des mortels. Pas évident. Chez les gérants des points de vente, on parle d’une chute de l’activité depuis presque un an pour des raisons économiques et sociales. Autrement dit, à cause de la baisse du niveau de vie et du pouvoir d’achat.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *