Milouda Hazib : «Nous avons l impression que l Exécutif a tout juste cherché à maintenir des équilibres temporaires»

Milouda Hazib : «Nous avons l impression que l Exécutif a tout juste cherché à maintenir des équilibres temporaires»

ALM : A l’instar des autres partis représentés au Parlement, vous allez bientôt dévoiler vos amendements concernant le PLF 2013. Quelles en sont les grandes lignes ?
Milouda Hazib : Nous sommes toujours en train de finaliser les amendements de notre groupe parlementaire concernant le projet de loi de Finances, mais d’une manière générale nos amendements devraient répondre plus à notre souci de protéger le pouvoir d’achat de la classe moyenne marocaine mais également de préserver l’équilibre et la pérennité des entreprises, notamment les PME. Cette orientation est expliquée par la crainte de notre groupe après la révision à la hausse instaurée par le gouvernement concernant plusieurs impôts dans le cadre du projet de loi de Finances 2013.
Nous allons également œuvrer pour introduire les mesures nécessaires pour préparer la mise en œuvre des institutions prévues par la nouvelle Constitution. Nous ambitionnons enfin de donner plus d’importance à l’approche genre.

Quelles sont les mesures que vous désiriez voir dans le PLF et qui n’ont pas été retenues par le gouvernement ?   
Il faut souligner tout d’abord que le projet de loi de Finances 2013 n’a prévu absolument aucune réforme ni de la Caisse de compensation ni des caisses de retraite. De même, le projet de la régionalisation ne sera pas probablement pour demain puisque le projet de loi ne contient pas de mesures sur ce sujet. Pire encore, le gouvernement maintient juste le 1% d’IS pour les régions. Les fonds alloués à la caisse de solidarité avec le monde rural n’ont pas trop bougé. Nous avons l’impression que l’Exécutif a tout juste cherché à maintenir des équilibres temporaires. Pour s’en sortir, les responsables n’avaient que deux options, soit recourir à l’endettement, soit augmenter les recettes fiscales à travers des hausses d’impôts. Le hic, c’est qu’ils ont opté pour les deux à la fois.

Comment comptez-vous à l’opposition défendre et convaincre la majorité pour introduire vos amendements ?
Force est de constater que l’élaboration du projet de loi de Finances s’est faite en dehors de toute approche participative impliquant les acteurs sociaux et politiques. Il faut dire qu’avec le gouvernement actuel nous avons l’impression à l’opposition que nous avons plutôt des devoirs, pas beaucoup de droits. C’est pour cette raison que nos amendements vont traduire nos positions devant l’opinion publique ainsi que pour l’Histoire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *