Observation des élections : Le CNDH entre en campagne

Observation des élections : Le CNDH entre en campagne

L’invitation que le Conseil national des droits de l’Homme a adressée aux leaders des partis pour les informer de la méthode qu’il compte mettre en pratique pour s’assurer de la conformité du  déroulement des législatives anticipées n’a pas drainé grand monde jeudi matin au siège du Conseil. A la réunion présidée par le secrétaire général du Conseil, ils étaient à peine une quinzaine sur la trentaine qui mènent campagne et, seul le Parti de la réforme et du développement s’y était fait représenter par son chef. Interrogé à ce sujet, Mohamed Sebbar a répondu que c’était une question de timing et que l’approche de la date du 25 novembre focalise l’attention des états-majors des formations politiques en lice. Alors Sebbar est allé au plus pressé. Il a d’abord dit que c’est la 4ème fois que le Conseil prend en charge l’observation des élections. La première, a-t-il précisé, avait eu lieu lors des législatives de 2007, puis ce fut les Communales de 2009 et le référendum sur la nouvelle Constitution. Mais, a-t-il ajouté, ce n’est pas seulement nourri à cette récente expérience que le Conseil va suivre le déroulement des législatives anticipées, mais, à la différence de ce qu’il en a été dans le passé, il le fait dans un cadre légal explicite: la loi 11-30. Il a en outre affirmé que le Conseil entend s’inspirer de l’expérience des nombreux experts qui font partie des groupes d’observateurs étrangers. Sebbar qui a déclaré que 4.000 observateurs vont se déployer à travers tout le territoire pour suivre le déroulement des élections dans la plupart des 40.000 bureaux de vote, a précisé que 450 d’entre eux sont des extranationaux. Il a néanmoins précisé que tout autant que les 3.450 nationaux, ils sont tenus de se conformer à la charte d’éthique qui exige de l’observateur indépendance et impartialité. Ces conditions sont si contraignantes, a-t-il ajouté, que le conseil qui préside la commission d’accréditation a dû refuser l’admission d’un nombre substantiel d’associations de droit civil et d’une trentaine de personnalités. En plus de cette présidence, a déclaré Sebbar, le Conseil a mobilisé plus de 200 observateurs dans les 16 régions, 15 coordinateurs nationaux et 13 adjoints. Ces personnels ont bénéficié d’une formation en matière d’observation indépendante et neutre des élections qui leur a permis d’acquérir les principes et les techniques de l’observation, de s’inspirer des expériences nationales et internationales dans le domaine et de se familiariser avec la cadre législatif régissant les élections législatives au Maroc. Dans ce cadre, le secrétaire général du CNDH a révélé certaines orientations remarquables telles que la facilitation d’accès aux opérations de vote aux handicapés, le respect des avis appelant au boycott, l’interdiction de brûler les affichettes et les prospectus de campagne et, surtout, l’appel à une participation massive au vote. Car, a-t-il laissé entendre, le CNDH se réserve le droit d’intervenir en cas de violations avérées de la procédure. Il a ainsi révélé que les observateurs sont en communication directe avec la commission centrale du CNDH par le biais d’une plate-forme informatique. «Ce qui leur permet de travailler en temps réel», a-t-il conclu.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *